Accueil » Mobilité durable » Flottes durables » Guillaume de Boudemange: «Dans les flottes, l’hybride demeure aujourd’hui bien plus facile à proposer que le 100% électrique.»

Guillaume de Boudemange: «Dans les flottes, l’hybride demeure aujourd’hui bien plus facile à proposer que le 100% électrique.»

par Laurent F.

Comme sur le marché national les SUV emportent tous les suffrages au sein des flottes. Et particulièrement les modèles hybrides et électriques. Directeur Général de Jeep France (qui vient de lancer son premier modèle 100% électrique), Guillaume de Boudemange a accepté de nous livrer son analyse.

Les SUV représentent près de 50% des ventes en entreprises

Après plusieurs années d’une crise aussi forte qu’inédite, le marché automobile reprend des couleurs. Selon les chiffres communiqués par Arval Mobility Observatory, 6,08 millions de véhicules particuliers ont été vendus en Europe au premier semestre. Soit une augmentation de 17,9% par rapport aux six premiers mois de 2022. Ce qui pousse le marché vers le haut? Les SUV, de toute évidence. Ils représentent à eux seuls plus de la moitié des modèles vendus. Et voient même leur part de marché augmenter de 23,7%. Un engouement qui se confirme encore davantage du côté des flottes. Si jusqu’à la fin juin, le marché des entreprises était en retrait, il a repris de nettes couleurs depuis le début de l’été. Au point même d’avoir dépassé les chiffres nationaux, désormais. Et, là encore, les SUV tirent leur épingle du jeu: 48,22% des ventes.

Quant au  nécessaire verdissement il n’est pas mis à mal pour autant puisque le Top 10 des SUV  les plus vendus (toujours au premier semestre 2023) était occupé à 50% par des modèles hybrides (les Renault Arkana, Austral et Captur II, le Hyundai Tucson III et le Nissan Quashqai 3). Et, pour la première fois, un SUV 100% électrique y figurait aussi: la Tesla Model Y, à la troisième place. Mais, face à la suprématie de la  firme californienne, la concurrence est là. Et ne compte pas se laisser (trop) dépasser…

Jeep Avenger

Les SUV font un carton, notamment dans les flottes. Pour autant, les véhicules Jeep ne font pas partie des meilleures ventes jusqu’ici. Pour quelles raisons?

Guillaume de Boudemange: «Jeep est la marque des SUV par excellence: ils représentent 100% de nos volumes. C’est donc avec cette gamme que nous devons exister dans les flottes. Or, jusqu’à il y a environ dix-huit mois, la marque y était inexistante car assimilée aux gros 4×4 très polluants, avec des TCO catastrophiques. Les faire exister dans les car policies, c’était mission impossible. Nous n’intéressions pas du tous les acteurs du secteur.»

Jusqu’à ce que Jeep annonce son électrification à 100%…

Guillaume de Boudemange: «Oui. Aujourd’hui, nous n’avons plus que de l’hybride, du plug in hybride et de l’électrique. Et, comme vous le savez, nous avons lancé notre première 100% électrique, la Jeep Avenger, qui a été élue «Voiture de l’année 2023». L’Avenger nous a fait entrer dans une nouvelle ère. Une révolution. Grâce à elle, pour la première fois nous avons obtenu des référencements dans de grands comptes. Comme chez Vinci, Bouygues, Orange, Thales notamment. Mais, bien évidemment, il ne suffit pas seulement d’être référencé. Il s’agit aussi d’«actionner» chaque maillon de la chaîne, du loueur au responsable de parc notamment. Et tout cela fonctionne très bien. En termes d’immatriculations, nous réalisons une importante percée sur les loueurs de longue durée

De manière plus générale, pourquoi les SUV rencontrent-ils un tel succès, selon vous? 

Guillaume de Boudemange: «Plusieurs facteurs. Psychologique, d’abord. Après le Covid les gens ont eu envie de nature, de simplicité, de bien-être. Tout ce qu’un SUV vient leur offrir. L’effet de mode joue aussi, incontestablement. A un moment, la mode était aux monoplaces, maintenant ce sont les SUV. On parle même de SUV coupés, c’est vous dire! (rires) Enfin, le SUV procure un  sentiment de sécurité, et cela entre évidemment aussi en ligne de compte.»

Si votre Avenger est un succès, les hybrides demeurent néanmoins beaucoup plus demandées que les électriques…

Guillaume de Boudemange: «Le marché des hybrides est effectivement plus important, mais celui de l’électrique augmente beaucoup plus rapidement. Ceci, même s’il ne répond pas encore forcément à 100% des besoins des entreprises. Mais, oui,  il est incontestable que l’hybride demeure aujourd’hui plus facile à proposer aux clients que le 100% électrique.»

A noter: Sur les huit premiers mois de 2023, sur le seul segment des VP les parts de marché dans les flottes s’établissent comme suit: 33,84% de véhicules hybrides, 33,70% de véhicule essence, 17,51% de motorisation diesel, et 11,79% de véhicules électriques.

Jeep Avenger

La  «guerre» menée par certaines municipalités (comme Lyon et Paris qui feront bientôt payer plus cher le stationnement des SUV) commence-t-elle à impacter la demande? 

Guillaume de Boudemange: «Non, la preuve!… Franchement, quelle sera l’étape suivante? Mesurer la longueur de la voiture pour déterminer le coût du stationnement? Certaines berlines peuvent polluer bien davantage qu’un SUV… Franchement, ce voyage en absurdie n’appelle même pas de commentaire. D’autant que, derrière tout cela, ne se cache pas que des considérations écologiques, on s’en doute. Paris et Lyon ont besoin d’entrées financières…»

Quels sont vos projets pour 2024?

Guillaume de Boudemange: «La Jeep Avenger dans sa version hybride sera notre principale nouveauté. Avec une ouverture des commandes dès maintenant, et une livraison au printemps. Et nous proposerons aussi l’Avenger 4 roues motrices sur un moteur hybride.»

Articles connexes