Accueil » Mobilité durable » Flottes durables » Logistique: Renault, Volvo et CMA CGM unissent leurs forces pour la décarbonation des flottes

Logistique: Renault, Volvo et CMA CGM unissent leurs forces pour la décarbonation des flottes

par Laurent F.

L’annonce aura surpris plus d’un observateur. Ou quand deux constructeurs rivaux et un géant de la logistique mondiale se rejoignent en une même entité destinée à développer une nouvelle génération de fourgons électriques au service d’une logistique décarbonnée.

«Renault Group et le Groupe Volvo unissent leurs forces pour répondre au besoin croissant d’une logistique décarbonée et efficace en créant une entreprise dédiée au développement d’une toute nouvelle génération de fourgons électriques. Les deux groupes se réjouissent que CMA CGM se joigne à la nouvelle société. Renault Group et le groupe Volvo continueront à rechercher d’autres investisseurs et partenaires.» C’est par ce communiqué que les trois entités ont créé la surprise le 6 octobre dernier. Le constructeur français et son rival suédois se sont en effet joints à CMA CGM, un acteur mondial de la logistique présent dans 160 pays (via un réseau de plus de 400 bureaux et de 750 entrepôts) pour travailler à un objectif commun: la création d’une nouvelle gamme de VUL basée sur le Software-Defined Vehicle (SDV). Des véhicules produits sur une nouvelle plateforme entièrement électrique «et de type «skateboard», permettant d’adapter différents modules de carrosserie pour un faible coût.», précisent les parties prenantes. Avant d’en dire plus sur ce SDV annoncé comme révolutionnaire.

Des VUL connectés et polyvalents pour une logistique moins coûteuse

«La nouvelle architecture électronique Software-Defined Vehicle permettra au véhicule d’intégrer des fonctionnalités inédites afin de superviser les activités de livraison et les performances commerciales des utilisateurs, réduisant ainsi de 30% le coût global d’utilisation pour les acteurs de la logistique. Les services connectés liés à la technologie SDV permettront la mise à jour des véhicules tout au long de leur vie. Le fourgon offrira une compacité exceptionnelle pour s’adapter à la mobilité urbaine, une grande polyvalence pour offrir des solutions sur-mesure et différentes capacités de batterie dont la version 800V, sans précédent pour un véhicule utilitaire léger.»

A chacun son expertise

Si l’on ne connait pas encore le nom de cette nouvelle co-entreprise qui devrait démarrer son activité courant 2024 («en fonction de l’achèvement de tous les processus d’approbation réglementaire»), Renault, Volvo et CMA CGM en ont toutefois précisé les contours. Elle devrait être «totalement indépendante, combinant l’agilité d’une start-up avec le soutien de ses partenaires, leaders industriels. Renault Group et le groupe Volvo visent un partage des investissements dans la R&D et apportent à la nouvelle société leurs savoir-faire, leurs services et leurs présences industrielle.» A Renault Group de développer et de produire à grande échelle la plateforme électrique intégrant l’architecture SDV, donc. Au groupe Volvo, leader mondial dans le domaine des camions, d’offrir sa grande expérience dans le monde du transport. Une chose est sûre, en tout cas: «Le groupe Volvo et Renault Group resteront concurrents dans tous les autres domaines, précisent les deux constructeurs qui annoncent la production de leurs nouveaux fourgons communs dès 2026.

«Grâce à ce nouvel investissement de notre fonds PULSE dans la mobilité électrique, nous poursuivons notre engagement d’accélérer la décarbonisation de notre activité et de notre secteur.»

Rodolphe Saadé, Président et CEO de CMA CGM Group

Un accélérateur de la décarbonation?

Quant à la Marseillaise CMA CGM, elle affiche sa grande satisfaction, évidemment. Pour Rodolphe Saadé, son Président et CEO, la satisfaction est grande: «Il s’agit d’un partenariat complet et innovant: non seulement nous investissons dans ce projet, mais nous apporterons également notre savoir-faire et notre expertise pour assurer la logistique amont et aval, tandis que certains de ces véhicules pourraient à terme être utilisés pour décarboner notre flotte. Grâce à ce nouvel investissement de notre fonds PULSE dans la mobilité électrique, nous poursuivons notre engagement d‘accélérer la décarbonation de notre activité et de notre secteur.»

Articles connexes