Accueil » Mobilité durable » Déclaration européenne sur le vélo : Les principales mesures pour l’avenir du deux-roues dans l’UE
Déclaration européenne sur le vélo : Les principales mesures pour l'avenir du deux-roues dans l’UE

Déclaration européenne sur le vélo : Les principales mesures pour l’avenir du deux-roues dans l’UE

par Laurent F.

Début avril, l’UE a adopté la Déclaration Européenne sur le vélo. Un manifeste composé de 36 engagements, et qui donne une sérieuse tendance sur les politiques qui devraient être mises en place dans les mois et années à venir en matière de mobilité durable.

Face à une actualité aussi riche qu’intense, la nouvelle est passée plutôt inaperçue. Pourtant, sur une proposition lancée en octobre dernier par la Commission européenne (qui venait répondre là aux demandes du Parlement et des États membres), la Déclaration Européenne du vélo a été signée et adoptée le 4 avril dernier. Elle reconnaît officiellement le deux-roues comme un moyen de transport durable « à forte valeur ajoutée pour l’économie de l’UE ». Mais, au delà d’une simple déclaration de principe, cette déclaration a surtout valeur d’engagement politique. Pas moins de 36 grandes mesures et autant de promesses y ont été posées noir sur blanc. En voici le résumé en 8 axes essentiels : 

1. Des mesures fortes dès maintenant

En préambule, les pays membres de l’UE s’engagent à « développer, adopter et renforcer les politiques et stratégies cyclistes à tous les niveaux de gouvernance pertinents », et à les mettre en œuvre « le plus rapidement possible. » Le tout, en donnant priorité aux mesures qui tiennent compte du vélo « dans le cadre de la planification de la mobilité durable dans les zones urbaines et suburbaines, ainsi que dans les zones rurales le cas échéant. »

2. Entreprises et collectivités encouragées à développer l’usage du vélo

Les pays membres s’engagent à « encourager les entreprises, les organisations et les institutions à promouvoir l’utilisation du vélo au moyen de programmes de gestion de la mobilité. » Et de citer, par exemple, l’encouragement aux trajets Domicile-Travail à vélo, l’installation et le développement d’emplacements pour le stationnement au sein des organisations, et le recours à davantage de livraisons à vélo.

3. Promouvoir et développer le vélo comme outil d’inclusion sociale

Des campagnes de sensibilisation et le renforcement de la formation des professionnels seront déployés tandis qu’il s’agira « d’accroître l’utilisation du vélo pour promouvoir l’inclusion sociale, en accordant une attention particulière aux besoins des femmes, des enfants, des personnes âgées et des groupes vulnérables et marginalisés. » Des mesures seront également prises pour rendre le vélo plus accessible aux personnes handicapées ou à mobilité réduite. De même, la mise en place de formations ciblées destinées à ces publics est prévue.

4. Accélérer le développement des infrastructures cyclables

Pour les pays membres, il s’agira notamment d’« accroître les niveaux de sécurité en accordant suffisamment d’espace aux cyclistes et aux autres usagers vulnérables de la route, notamment en séparant physiquement les pistes cyclables du trafic motorisé le cas échéant, ou en imposant des vitesses sûres dans les zones à trafic mixte. » De plus, les Etats devront « œuvrer à la création d’un réseau cyclable cohérent dans les villes et améliorer la connectivité entre les zones périurbaines et rurales et les centres-villes, y compris au moyen d’autoroutes cyclables. » Et cela passera également par davantage de stationnements sécurisés « dans les zones urbaines et rurales, notamment dans les gares ferroviaires et routières et les plateformes de mobilité. »

5. Cap sur la sécurité

L’Union Européenne s’engage à « réduire de moitié le nombre de blessés graves dans l’UE d’ici 2030 par rapport au niveau de référence de 2020. » Avec un objectif particulièrement ambitieux : zéro décès sur les routes d’ici à 2050. Cela passera évidemment par une plus grande attention face au respect de la législation en matière de sécurité routière. Et par une vigilance sur la sécurité des emplacements publics de stationnement pour vélos. Car, oui, l’UE compte aussi « redoubler d’efforts pour lutter contre le vol de vélos. » 

«  L’industrie européenne du vélo doit être reconnue comme un partenaire au sein du système de mobilité afin de renforcer la résilience, la durabilité, la circularité et la numérisation du secteur du vélo. »

Déclaration européenne sur le vélo

6. Soutenir massivement la filière et les productions locales

L’UE entend « créer des conditions permettant d’accroître la production européenne d’une large gamme de vélos (notamment des vélos électriques et des vélos adaptés aux personnes handicapées) et de leurs composants, comprenant l’accès aux matériaux et aux équipements. » Elle entend aussi maintenir les « conditions de concurrence équitables au niveau mondial grâce aux instruments de défense commerciale existants de l’Union.» À la clé, il s’agira d’assurer le développement « d’emplois de qualité et de pôles cyclistes, notamment dans le cyclotourisme,(…) afin de soutenir les PME et de renforcer les compétences et les formations professionnelles utiles. » En résumé, l’industrie européenne du vélo devra être reconnue comme « un partenaire au sein du système de mobilité afin de renforcer la résilience, la durabilité, la circularité et la numérisation du secteur du vélo. »

7. Développer les services et soutenir la chaîne logistique

Les vélos en libre-service seront plus nombreux, en particulier ceux pouvant servir de solution pour l’accès aux transports en commun, tandis que davantage de synergies entre le vélo et d’autres modes de transport devront être créées. « Par exemple en augmentant la capacité de transport de vélos des autobus et des trains La cyclologistique, elle, sera soutenue et encouragée.

8. La mise en œuvre de ces engagements surveillée en continu

Pour tenir ces engagements, et pour suivre leur mise en œuvre, l’UE compte définir des indicateurs et des statistiques harmonisés qui puissent permettre de mesurer les avancées de manière continue. Pour cela, elle compte notamment sur « la coopération entre les États membres et Eurostat pour la collecte des données relatives à l’utilisation du vélo. »

Articles connexes