Accueil » Transition écologique » Economie circulaire » L’USC s’ouvre au reconditionnement et à la RSE
vélo reconditionné

L’USC s’ouvre au reconditionnement et à la RSE

par Laurent F.

L’Union Sport & Cycle vient d’annoncer intégrer les acteurs du vélo reconditionné dans son organisation en même temps qu’elle a déployé un outil RSE spécifiquement dédié à la filière du deux-roues. Explications. 

Première organisation professionnelle du secteur, l’Union Sport & Cycle (USC) fédère quelques 3 000 entreprises, plus de 3 000 points de vente et 2 500 établissements sportifs, mais aussi 500 marques et 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé. Tandis qu’elle publie chaque année son Observatoire du cycle qui dresse l’état des lieux du marché français du deux-roues, elle met en œuvre de nombreuses actions et initiatives pour l’organisation et le développement du secteur. Parmi les dernières en date, deux ont tout particulièrement attiré notre attention…

Un outil RSE entièrement dédié au secteur

Parce que les obligations réglementaires sont de plus en plus fortes en la matière, et que les exigences de chacun le sont au moins tout autant, l’engagement RSE des entreprises se doit d’être mesuré, développé et mis en avant. Les secteurs du cycle et des loisirs ne peuvent évidemment faire exception. Aussi, l’Union Sport & Cycle vient-elle de faire appel à la plateforme spécialisée 261PI pour proposer un outil inédit à l’attention des entreprises du secteur: l’indice RSE de la filière Sport & Loisirs. Basée à Avignon, 261PI se pose comme une spécialiste Sport et Entertainment qui entend faire du secteur l’«un des premiers terrains d’investissement à impact». Elle compte parmi ses clients de nombreuses fédérations sportives, comme celles d’athlétisme, de cyclisme, d’aviron, de judo ou de triathlon. Et d’autres clients aussi qui vont bien au delà du domaine, à l’image de Nantes Métropole, de la Matmut, de la MAIF, du CIC ou encore du Crédit Mutuel.

Ce que proposent conjointement l’USC et 261PI? Une plateforme personnalisée qui intègre un simulateur RSE (avec un auto-diagnostic réalisable en seulement quinze minutes), l’accès à un catalogue de plus de 170 solutions ainsi qu’à une banque de documents. Surtout, les données collectées visent à aider les différents acteurs et clients dans leurs besoins de financements, leurs réponses aux appels d’offres, leur reporting extra-financier etc…

«L’USC est engagée dans le développement durable dans sa globalité, et le démontre par son rôle moteur dans la mise en œuvre des filières à responsabilité élargie du producteur…»

USC, communiqué

La filière du reconditionné fait son entrée dans l’USC

Les chiffres sont là pour le confirmer: l’économie circulaire gagne du terrain, le marché de la seconde main avec elle. Tout particulièrement dans l’univers du vélo. Au regard de ce constat, l’USC avait-elle le choix? Le syndicat professionnel accueillera désormais les entreprises spécialisées dans le reconditionnement des deux-roues par le biais d’un comité dédié. Présidé par Adrien Goxe, (le co-fondateur de Rutile Bike), celui-ci sera composé d’acteurs bien connus tels que Ciklet, Cyclink, Leowi, Loop Sport et Projet Boussole. En attendant, bien évidemment, que d’autres les rejoignent! «Il était naturel et logique que l’USC s’implique dans le reconditionnement des vélos mis sur le marché.», explique la fédération dans un communiqué. Avant de poursuivre: «La création de ce comité permettra de structurer ce segment de marché en expansion. D’autre part, l’USC est engagée dans le développement durable dans sa globalité, et le démontre par son rôle moteur dans la mise en œuvre des filières à responsabilité élargie du producteur pour les articles de sport et loisirs, équipements électriques et électroniques, emballages, piles et accumulateurs, textile et chaussants… Le reconditionnement rentre parfaitement dans cet engagement par la remise sur le marché de produits existants.»

 

Articles connexes