Accueil » Transition écologique » Economie circulaire » Réemploi, Recyclage, Réparation : La mode est de plus en plus circulaire !
Réemploi, Recyclage, Réparation : La mode est de plus en plus circulaire !

Réemploi, Recyclage, Réparation : La mode est de plus en plus circulaire !

par Laurent F.

Pour la deuxième année consécutive, la Fédération de la Mode Circulaire vient de publier une étude de marché du secteur. Sans surprise, la tendance se confirme et s’accélère. De quoi se réjouir donc, mais pas question de se reposer sur ces lauriers !

Quand l’industrie de la mode doit se réinventer

À l’occasion de la deuxième édition de la Journée de la Mode Circulaire organisée le 26 avril dernier, la Fédération de la Mode Circulaire et Accenture ont publié leur deuxième étude de marché du secteur. Une enquête réalisée avec le soutien du DEFI La Mode de France, une plateforme qui -depuis quarante ans- finance et promeut des actions dédiées au développement et à la transformation des entreprises de la mode et de l’habillement. Comme celle réalisée l’an passé, l’étude de marché 2023 vise à mettre en lumière le développement et l’adoption du réemploi, du recyclage et de la réparation dans les différentes marques et enseignes. Et les nouvelles semblent plutôt bonnes…

« Le recul de la performance du marché de la mode en France et sa bipolarisation soulignent un réel besoin de réinvention de l’industrie. La circularité apparaît être la voie de transformation évidente -de par les bénéfices économiques, environnementaux et sociaux qui en découlent- et démontre son potentiel de création de valeur en enregistrant une croissance à deux chiffres depuis plusieurs années. », se réjouit la Fédération. De fait, ce sont quelques 6,8 milliards d’euros qui auraient été générés en France en 2023 par ces modèles économiques. Soit une progression notable de 17% par rapport à l’année précédente.

Une forte dynamique

Ces excellents chiffres, la Fédération de la mode circulaire les explique par la nette accélération du réemploi et du recyclage tout au long de cette année. Ainsi, le marché de la seconde main a généré à lui seul 5,3 milliards d’euros, soit 18% supplémentaires par rapport à 2022. Ce qui laisse espérer aux professionnels le cap des 11,6 milliards d’euros en 2030. Quant au recyclage, là aussi la dynamique a  joué son rôle. « Le lancement de projets prometteurs sur la préparation matière et le recyclage enzymatique avec la construction de la première unité industrielle en France constitue, en effet, une avancée réjouissante en faveur de la réindustrialisation de la France et de la souveraineté nationale. » Même élan positif pour la réparation portée par le bonus réparation instauré en 2023. « Les stratégies et modèles opérationnels multiples mis en place par les acteurs démontrent un potentiel de modernisation certain, notamment dans la gestion du SAV et pourraient bénéficier de l’émergence des acteurs de la tech. Ces derniers soutiennent une expérience client irréprochable et une meilleure fluidité des processus opérationnels, en s’inspirant des mécanismes de l’automobile ou encore de l’électroménager. »

Un marché à 14,3 milliards d’euros en 2030… mais à quelques conditions !

Fort de la multiplication des réglementations européennes et de la récente adoption par l’Assemblée nationale de la proposition de loi sur la fast-fashion, tous les signaux sont donc au vert pour le secteur. La Fédération le clame haut et fort : « Les perspectives du marché de la mode circulaire en France sont exaltantes à l’horizon 2030, avec un potentiel de création de valeur de 14,3 milliards d’euros et de réduction d’émissions potentielles CO2 de 16% dans une logique de production et consommation raisonnée. La mode circulaire devrait également être un vecteur de croissance intéressant pour l’emploi : environ 35 000 emplois directs potentiellement créés ou maintenus d’ici 2030. » 

Faire rêver le consommateur…

Pour y parvenir, les professionnels devront, selon l’organisation, répondre toutefois à quatre enjeux de taille : la durabilité, la traçabilité, la rentabilité et la pédagogie. Sans oublier la séduction. Car sensibiliser ne suffira pas. Il faudra aussi savoir « séduire le consommateur en le faisant rêver. » Et la Fédération de prôner en parallèle un accompagnement de la filière qui passerait notamment par le développement de labels et l’application d’une TVA circulaire. « Le futur de la mode sera circulaire. »

Articles connexes