Mobilité durableMicromobilitéZFE-m : Le Grand Paris intensifie sa lutte

ZFE-m : Le Grand Paris intensifie sa lutte

Depuis le 1er juin, la Zone à Faibles Emissions (ZFE) du Grand Paris s’est renforcée. Pour mieux lutter contre la pollution et favoriser encore davantage la qualité de l’air.

Rappelons-le, une ZFE-m est destinée à protéger les populations dans les zones urbaines les plus denses et les plus polluées. Un dispositif déjà adopté par 247 villes ou métropoles en Europe, et qui vise à réduire les émissions provenant du trafic routier dont on sait qu’elles sont l’une des principales sources de pollution en ville.

Adoptée dès novembre 2018, la ZEF-m du Grand Paris fait figure de pionnière. Parmi les premières mesures prises, voilà bientôt deux ans que la circulation des véhicules les plus polluants (ceux classés Crit’Air 5) est soumise à des contraintes horaires sur la très fréquentée autoroute A86 : les véhicules légers polluants ne peuvent y circuler que de 8h à 20h du lundi au vendredi.

Mais, aussi efficace semble-t-elle, cette mesure était toutefois jugée insuffisante par certains. Aussi, la Métropole du Grand Paris a décidé de donner un coup d’accélérateur. En deux temps.

Une ZFE-m élargie

Première étape : depuis le 16 septembre 2020, un décret du Ministère de la Transition écologique oblige les communes situées à l’intérieur du périmètre de cette autoroute surnommée le « super périphérique parisien » à intégrer à leur tour la ZFE-m. C’est dire de nombreuses villes puisque, tout au long de ses 79 km, l’A86 relie l’ensemble des préfectures et sous-préfecture de la petite ceinture parisienne (Antony, Versailles, Créteil, Nogent-sur-Marne, Bobigny, Nanterre, Saint-Denis).

Cette mesure actée, place maintenant à la seconde étape ! Depuis le 1er juin, la restriction de circulation s’applique également aux Crit’Air 4, et ceci dans l’ensemble de la ZEF-m nouvellement étendue.Sont concernés lesvéhicules particuliers à essence de plus de 24 ans, et les diesel de plus de 15 ans.

Pour Patrick Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris, « la mise en place progressive de la plus importante Zone à Faibles Emissions d’Europe tend à améliorer la qualité de l’air et le cadre de vie des métropolitains. Cette 2e étape confirme l’engagement de la Métropole dans une écologie positive et progressive tout en accompagnant les ménages les plus modestes dans cette transition et en tenant compte de la situation de nos professionnels durement touchés par la crise ».

Des aides pour les particuliers

De fait, pour les particuliers comme pour les entreprises cette transition écologique possède un coût important. Aussi la Métropole du Grand Paris propose, au côté de l’Etat, des aides aux particuliers en vue du renouvellement de leurs véhicules. Outre la prime à la conversion et le bonus écologique bien connus (et dont on peut faire la demande sur le guichet unique primealaconversion.gouv.fr), le dispositif « Métropole roule propre ! » a été mis en place.

Cumulées, ces différentes aides – élargies aux propriétaires de véhicules Crit’Air 3 – peuvent aller jusqu’à 19 000 euros pour l’achat d’un véhicule neuf, 12 000 euros pour un véhicule d’occasion. Quant aux ménages les plus modestes leur reste à charge peut éventuellement se régler via un micro-crédit instauré par le gouvernement le 17 mars dernier dans le cadre du plan France Relance. Garanti par l’État à hauteur de 50%, il donne accès à un prêt allant jusqu’à 5 000 euros sur 5 ans (sous conditions des ressources, évidemment).

Des dérogations pour les entreprises

Quant aux professionnels impactés par la crise sanitaire, ils bénéficient eux aussi de soutien, notamment par le biais de dérogations qui leur permettent de circuler malgré les règles strictes imposées par la ZFE-m, ceci jusqu’au 30 juin 2022.

Sont ainsi concernés les véhicules des entreprises ayant contracté un prêt garanti par l’Etat (PGE) depuis le 1er mars 2020, ainsi que ceux ayant bénéficié du fonds de solidarité et/ou du « prêt rebond » mis en place par la Région Île-de-France (ou du « Fonds Résilience Île-de-France et collectivités »). Dans tous les cas la dérogation est bien entendu soumise à la présentation de justificatifs.

Les + récents

Pollution lumineuse: Les Français appellent à la sobriété!

Un sondage réalisé pour le compte de l'ANPCEN vient...

Metafore: Pour des événements d’entreprise 5 étoiles… et durables!

Né en 2020, cet opérateur propose d’organiser des événements...

Qu’est-ce que l’urbanisme durable?

Face aux enjeux et à l’urgence actuelles, repenser notre...

RSE: L’innovation durable bientôt au cœur des stratégies d’entreprise?

Longtemps Directrice Innovation dans l’industrie, Laetitia Gazagnes est aujourd’hui...

Le tri des biodéchets bientôt obligatoire chez les particuliers

A partir du 1er janvier prochain, conformément à la...

RATP: Jean Castex s’engage vers un retour rapide à la normale

Dans le cadre des Assises du financement des transports...

Les professionnels du tourisme face aux défis de la transition écologique

Nouvelles mobilités, transition environnementale, attentes de clients de plus...

Sogaris: Ou quand la logistique urbaine réinvente nos villes…

Elle fait partie des géants du secteur, Sogaris dispose...

Et si, face à la crise énergétique, la voiture...

Pour faire baisser nos factures d’électricité, une solution existe. Certes encore peu courantes en Europe, les technologies V2G, V2L et autre V2H pourraient bien...

Voitures électriques: les principales annonces du Mondial de l’Auto

Après quatre ans d’absence le Mondial de l’Auto s’est tenu du 17 au 23 octobre à Paris. Et, sans surprise, les voitures électriques ont...

Véhicules électriques et bornes de recharge: L’ADEME dresse le...

L’ADEME a récemment publié son bilan sur les véhicules électriques et les bornes de recharge. L’occasion d’aborder toutes les questions essentielles à leur développement....