Accueil » Villes et Territoires » Le stationnement des SUV plus cher à Paris? Anne Hidalgo appelle au vote citoyen
stationnement poids lourds

Le stationnement des SUV plus cher à Paris? Anne Hidalgo appelle au vote citoyen

par Laurent F.

C’est finalement par un vote des Parisiens début février que la Ville de Paris décidera ou non de l’augmentation du tarif de stationnement des véhicules les plus lourds. Explications.

David Belliard nous l’avait annoncé en juin dernier: suivant l’exemple de Lyon, le prix du stationnement des SUV devrait bientôt augmenter à Paris. Depuis, si le temps a passé l’idée a fait son chemin, même si les choses ne se décideront finalement pas tout à fait comme annoncées. Suivant l’exemple du référendum organisé en avril pour le maintien ou non des trottinettes électriques, c’est par un vote citoyen prévu le 4 février prochain que la décision sera finalement prise. La maire Anne Hidalgo l’a annoncé sur X ce 14 novembre dans le cadre d’une courte vidéo qui tient lieu de discours d’intention: «Aujourd’hui, vous êtes très nombreux à me dire qu’il y a encore trop de grosses voitures polluantes qui prennent toujours plus de place dans nos rues, sur nos trottoirs ou même sur nos pistes cyclables. Il faut endiguer ce phénomène en limitant la présence des SUV et des 4×4 à Paris.» 

A qui s’adresserait cette augmentation?

Si ce vote aboutit à un oui, seront concernés les utilisateurs de véhicules thermiques ou hybrides de plus de 1,6 tonne et les véhicules électriques de 2 tonnes ou davantage. Un panel assez large, donc. Surtout au regard du succès rencontré aujourd’hui par les SUV. Toutefois, si cette augmentation  est appliquée, les Parisiens devraient être relativement épargnés: dans la même vidéo, la Maire de Paris a en effet précisé que l’augmentation ne concernerait pas le stationnement résidentiel. Cap plutôt sur les banlieusards, les provinciaux et les touristes. Quant au tarif, il n’a pas concrètement été communiqué, Anne Hidalgo évoquant seulement «une augmentation très significative».

Des réactions… tendues!

Bien entendu, les réactions ne se sont pas faites attendre. Partagées, pour ne pas dire majoritairement hostiles. Ainsi, si Christian Machu, Secrétaire général de «60 millions de piétons», a salué l’initiative en mettant en avant un taux d’accidents plus élevé que la moyenne chez les propriétaires de SUV, le Président de l’association «40 millions d’automobilistes» ne l’entend pas du tout de cette oreille. Dans les colonnes du quotidien Le Parisien, Pierre Chasseray s’est étonné: «Sur quels arguments Anne Hidalgo appliquerait une tarification différente sur le stationnement des SUV? Au nom du principe d’égalité, elle ne peut pas. L’expression SUV ne désigne qu’une forme de véhicule. Cela ne dit rien de l’espace qu’ils occupent ou de la pollution qu’ils émettent. D’ailleurs, en France, les SUV sont plus petits que les monospaces de type familial, et n’émettent pas plus qu’une berline.» Des arguments que nous avaient d’ailleurs déjà énoncés (ici) Guillaume de Boudemange, Directeur Général de Jeep France: «Quelle sera l’étape suivante? Mesurer la longueur de la voiture pour déterminer le coût du stationnement? Certaines berlines peuvent polluer bien davantage qu’un SUV…»

Une diversion?

Mais c’est avant tout un effet d’annonce que la grande majorité des opposants veulent voir ici. Comme une tentative de diversion face au tollé suscité par le récent (et très polémique) voyage à Tahiti de l’élue parisienne. «Quand on la met face à ses fautes, Anne Hidalgo fait diversion en désignant un ennemi: les SUV, dénonce Nelly Garnier (LR). Nous ne sommes pas d’accord sur cette manière de stigmatiser les automobilistes.» Quant à Pierre-Yves Bournazel, (élu Horizons), il s’interroge. Tout particulièrement sur l’organisation du vote que certains craignent jouer d’avance: «Y aura-t-il des débats dans les arrondissements avec les experts pour que les habitants puissent se faire un avis? Est-ce qu’ils seront convenablement informés sur cette consultation en amont?».

Comment voter?

Comme pour les trottinettes électriques le vote du 4 février sera ouvert à tous les Parisiens inscrits sur les listes électorales. Si vous ne l’êtes pas encore, vous avez jusqu’au 8 janvier pour le faire.

Articles connexes