PopulairesPrésidentielles 2022: Le programme transports et mobilité de Valérie Pécresse

Présidentielles 2022: Le programme transports et mobilité de Valérie Pécresse

C’est le 10 avril que se déroulera le premier tour des élections présidentielles. D’ici là, pour ne pas se tromper de bulletin de vote nous vous proposons de revenir sur les différentes promesses consacrées aux mobilités. Aujourd’hui, celles de Valérie Pécresse, candidate Les Républicains (LR).

valérie pécresse programme

Les véhicules électriques seront favorisés

On l’a déjà dit ici: sur les mobilités, assez peu de choses dans le programme de la candidate LR. Toutefois, ces dernières semaines, Valérie Pécresse a quelque peu détaillé ses propositions. «Face à l’urgence climatique et à la nécessité de protéger la biodiversité, je veux une écologie de progrès et de solutions, pas une écologie punitive et antisociale, écrit-elle dans son programme. Chaque année, nous nous fixerons des objectifs pour atteindre la neutralité carbone en 2050, sans hausse d’impôt».

Et, parmi ces objectifs, l’électrique devrait tenir une bonne place: «Nous favoriserons les mobilités électriques avec 200 000 bornes de recharge et des aides aux ménages pour changer de véhicule». En parallèle, la candidate souhaite l’arrêt de la commercialisation des véhicules thermiques neufs à partir de 2035, et des hybrides rechargeables en 2040. Elle appelle de ses vœux le développement d’un marché de l’occasion pour les véhicules électriques, tandis qu’elle mettra sur pied un «grand plan national de lutte contre le bruit». Il comprendra des enrobés anti-bruit, et la création de zones apaisées notamment.

Mais les carburants coûteront moins chers

D’ici là, Valérie Pécresse souhaite indexer les indemnités des frais kilométriques au prix des carburants. De plus, elle vient de l’annoncer lors de son dernier meeting de campagne au Parc des Expositions de la Porte de Versailles: au nom du pouvoir d’achat elle baissera de 25 centimes le prix des carburants. Et créera un chèque carburant à la manière du Crédit Mobilité: à destination des entreprises il sera redistribué aux salariés.

De gros investissements pour le ferroviaire

Sans vraiment entrer dans le détail, Valérie Pécresse souhaite lancer un grand programme de modernisation et de rénovation du ferroviaire. Ce qui impliquera des investissements lourds (mais non précisés) avec de «nouvelles liaisons TGV, des lignes régionales structurantes, et la rénovation des ponts et des routes».

gare sncf
Gare de Montereau @SNCF-Sylvain Chambon

«Pour maîtriser son destin, la France doit aussi assurer son indépendance énergétique (…) et redevenir une grande nation industrielle et d’innovation».

Valérie Pécresse, Programme

Industries, innovations et indépendance énergétique seront encouragées

Autre objectif: développer «de vraies filières d’énergies renouvelables et des énergies du futur comme l’hydrogène». Ainsi, Valérie Pécresse compte bien apporter son soutien «aux biocarburants et aux projets hydrogène et électrique pour l’aéronautique et la logistique». Mais, au delà, ce sont toutes les industries du futur qu’elle compte soutenir. «La France doit être une puissance respectée dans le monde, libre et fidèle à ses engagements européens. Pour maîtriser son destin, elle doit aussi assurer son indépendance énergétique (…) et redevenir une grande nation industrielle et d’innovation». Alors la candidate l’écrit noir sur blanc: elle souhaite faire éclore «des champions nationaux et européens dans les industries du futur: véhicules autonomes, intelligence artificielle, industrie spatiale, batteries du futur…» Pour ce faire, elle accordera notamment «1 milliard supplémentaire pour la recherche fondamentale et les innovations stratégiques». Et «grâce à un Small business act, priorité aux produits fabriqués en France».

centrale nucléaire

Energies: L’électricité et le nucléaire pour valeurs sûres

Valérie Pécresse en fait l’un de ses chevaux de bataille. Elle souhaite «la suppression de la TVA sur les taxes pesant sur l’électricité». Et «une électricité moins chère pour ceux qui réduisent leur consommation lors de pics de demande». Elle compte par ailleurs «ne plus fixer le prix de l’électricité française en fonction des prix du marché européen». Pour assurer l’indépendance énergétique qu’elle appelle urgemment de ses vœux la candidate annonce «un plan de relance gaullien» autour de la filière nucléaire. Elle prône la construction d’au moins six nouveaux réacteurs EPR et «le redémarrage du projet de réacteur de nouvelle génération et sans déchets. Et des investissements massifs dans les réacteurs existants pour en prolonger la durée de vie». Quant à l’éolien, aucun projet ne pourra plus être élaboré sans accord préalable des populations.

Un Livret Vert pour financer la transition écologique

Finis le Livret A et le Livret Développement Durable (LDD). Les deux fusionneront pour devenir le Livret Vert. Par ce biais, Valérie Pécresse compte pouvoir attribuer 120 milliards d’euros à la transition écologique. Elle en a fait l’une de ses douze mesures phares.

La part modale du vélo sera doublée

Sur le vélo? Rien n’est dit dans son programme, mais la candidate LR a répondu aux sollicitations de l’Alliance pour le vélo. Créée en février dernier, l’association, qui regroupe des acteurs du monde institutionnel, économique et associatif, a rendu public son Livre blanc. A la clé, dix propositions pour permettre «de faire du vélo un véritable atout pour la France et ses territoires.» Ces propositions ont ensuite été soumises à l’ensemble des candidat(e)s.

Sans surprise, Valérie Pécresse déclare vouloir soutenir une filière nationale du vélo comme elle le fera pour les voitures électriques. Mais pas question de doubler le réseau cyclable, comme le préconise l’Alliance pour le vélo. Ce qui ne l’empêche pas de souhaiter son développement. «Nous souhaitons doubler la part modale du vélo, ce qui passe bien évidemment par le développement de pistes cyclables sécurisées avec des réseaux structurants comme le RER Vélo que j’ai initié en Ile-de-France.»

plan rer v
RER V

A noter que le principe du RER Vélo a été adopté en mai 2020 par la Région, il doit son nom au fait que ce réseau de pistes cyclables suit le plus souvent les différentes lignes du RER. Il devrait être effectif au deux-tiers en 2025, et en 2030 pour le tiers restant.

Les + récents

Pollution lumineuse: Les Français appellent à la sobriété!

Un sondage réalisé pour le compte de l'ANPCEN vient...

Metafore: Pour des événements d’entreprise 5 étoiles… et durables!

Né en 2020, cet opérateur propose d’organiser des événements...

Qu’est-ce que l’urbanisme durable?

Face aux enjeux et à l’urgence actuelles, repenser notre...

RSE: L’innovation durable bientôt au cœur des stratégies d’entreprise?

Longtemps Directrice Innovation dans l’industrie, Laetitia Gazagnes est aujourd’hui...

Le tri des biodéchets bientôt obligatoire chez les particuliers

A partir du 1er janvier prochain, conformément à la...

RATP: Jean Castex s’engage vers un retour rapide à la normale

Dans le cadre des Assises du financement des transports...

Les professionnels du tourisme face aux défis de la transition écologique

Nouvelles mobilités, transition environnementale, attentes de clients de plus...

Sogaris: Ou quand la logistique urbaine réinvente nos villes…

Elle fait partie des géants du secteur, Sogaris dispose...

RATP: Jean Castex s’engage vers un retour rapide à...

Dans le cadre des Assises du financement des transports qui se sont déroulées ce 23 janvier, Jean Castex a rappelé les principaux points de...

CES Las Vegas 2023: Cap sur le durable!

Le CES Las Vegas vient de fermer ses portes et, comme d’habitude, c’est un flot d’innovations qui a été dévoilé. Avec une tendance de...

Décarbonation, modernisation, RSE… La RATP dresse son bilan 2022

Dans un communiqué de presse, le Groupe RATP a dressé un bilan de cette année 2022 en demi-teinte. En en gardant évidemment que le...