Mobilité durableMoto & scooter électriquesLe contrôle technique des deux-roues va devenir obligatoire

Le contrôle technique des deux-roues va devenir obligatoire

L’histoire sonne comme une série aux multiples rebondissements. Fin juillet, le gouvernement a décidé d’abroger le décret rendant obligatoire le contrôle technique des deux-roues. Mais le Conseil d’Etat vient d’en décider autrement. Petit rappel des précédents épisodes.

Dans les saisons précédentes…

Tout commence à Bruxelles en 2014. Dans l’objectif de réduire les émissions sonores et d’améliorer la sécurité des motards, l’Union Européenne préconise alors l’instauration d’un contrôle technique sur les deux-roues. Sept ans plus tard, un décret prévoit même son application au début de 2023. A l’époque, Emmanuel Macron y est favorable. Les associations d’usagers beaucoup moins. Elles montent alors au créneau, organisent des manifestations. Et le gouvernement recule: le 26 juillet dernier, un nouveau décret vient abroger le précédent. Exit le contrôle technique des deux-roues, donc.

En échange, l’Etat promet des mesures alternatives. Et souhaite les axer sur la Sécurité routière et sur la lutte contre la pollution sonore et de l’air puisque c’est contre ces points précis que souhaitait lutter l’Union Européenne au départ. Des actions de sensibilisation, la réforme du permis de conduire et le port (rendu obligatoire) des équipements de sécurité sont aussi prévus par l’exécutif. Si les associations d’usagers sont évidemment ravis par la nouvelle, c’est nettement moins le cas des organisations écologistes comme «Respire», «Paris Sans Voiture» et «Ras Le Scoot» qui, toutes, crient leur colère. Et qui déposent aussitôt un recours devant le Conseil d’Etat pour «excès de pouvoir»

«Il faudra très probablement mettre en place un contrôle technique (…), mais  ses modalités et son calendrier restent à définir.»

Clément Beaune, Ministre délégué aux Transports

Un «excès de pouvoir» confirmé par le Conseil d’Etat

Et voilà que le nouvel épisode de cette trépidante série vient d’être diffusée. Ce lundi 31 octobre, le Conseil d’Etat a rendu son arrêt. Et le couperet est tombé, sans appel: contre la volonté du gouvernement, il exige la mise en œuvre du contrôle technique des deux-roues. «Le contrôle technique des deux-roues doit être mis en œuvre.», ont ainsi déclaré les Sages, confirmant au passage l’«excès de pouvoir» dénoncé par les associations.

Bien entendu, l’exécutif n’a pas tardé à réagir. Dans un communiqué publié dans la foulée, le Ministre chargé des Transports Clément Beaune a pris acte de la décision, annonçant dans le même temps une «consultation avec l’ensemble des parties concernées dans les prochains jours afin de déterminer les mesures à mettre en œuvre.» Une concertation qui devrait réunir usagers des deux-roues, professionnels du contrôle technique, et associations écologistes. «Il faudra très probablement mettre en place un contrôle technique (…), mais  ses modalités et son calendrier restent à définir.»

Des réactions une nouvelle fois contrastées

Evidemment, comme en juillet dernier joie et colère sont au rendez-vous depuis ce 31 octobre. Mais elles se sont évidemment inversées. «Jusqu’ici nous n’avons jamais été reçus par le Ministère, alors que les motards l’ont été. Reste que cette décision est une victoire pour l’écologie et la santé. Si nous sommes conviés, nous ne refuserons pas le dialogue!», a aussitôt déclaré Tony Renucci, membre de «Respire». A la «Fédération des Motards en colère», son délégué général Didier Renoux se réjouit nettement moins, évoquant une «décision beaucoup plus politique que raisonnée.»

Et maintenant? 

Même si le gouvernement ne peut en aucun cas contrer la décision du Conseil d’Etat et qu’il souhaite aller vite, il tient à rassurer les usagers concernés: l’arrêt des Sages ne conduit pas à «une entrée en vigueur immédiate du contrôle technique.» De fait, les textes d’application doivent encore être publiés. Et le Conseil d’État prévoit quoiqu’il en soit «un échelonnement dans le temps». Sous l’œil particulièrement vigilant des associations, à l’image de « Ras le scoot » dont le porte-parole Franck-Olivier Torro préfère prévenir: «La décision est sans équivoque, la question est maintenant de savoir quand elle sera mise en œuvre. Malheureusement, les centres de contrôle technique ne sont pas prêts, et nous n’attendons rien avant au moins le milieu de l’année prochaine

contrôle technique deux-roues

Quels véhicules seront concernés?

A priori, la réponse est simple: tous les propriétaires de deux, trois et quatre roues à moteur thermique égale ou supérieur à 125 cm3. Les engins les plus anciens devraient être les premiers à passer par ce contrôle dont on ne connait pour le moment ni le tarif ni les points qui seront être vérifiés. Et pour les 50cm3? Dans son décret d’août 2021, le gouvernement les avait inclus au dispositif, dépassant les recommandations de l’Union Européenne. Et maintenant? Les futurs textes d’application devraient bientôt nous éclairer sur le sujet…

Les + récents

Pollution lumineuse: Les Français appellent à la sobriété!

Un sondage réalisé pour le compte de l'ANPCEN vient...

Metafore: Pour des événements d’entreprise 5 étoiles… et durables!

Né en 2020, cet opérateur propose d’organiser des événements...

Qu’est-ce que l’urbanisme durable?

Face aux enjeux et à l’urgence actuelles, repenser notre...

RSE: L’innovation durable bientôt au cœur des stratégies d’entreprise?

Longtemps Directrice Innovation dans l’industrie, Laetitia Gazagnes est aujourd’hui...

Le tri des biodéchets bientôt obligatoire chez les particuliers

A partir du 1er janvier prochain, conformément à la...

RATP: Jean Castex s’engage vers un retour rapide à la normale

Dans le cadre des Assises du financement des transports...

Les professionnels du tourisme face aux défis de la transition écologique

Nouvelles mobilités, transition environnementale, attentes de clients de plus...

Sogaris: Ou quand la logistique urbaine réinvente nos villes…

Elle fait partie des géants du secteur, Sogaris dispose...

RATP: Jean Castex s’engage vers un retour rapide à...

Dans le cadre des Assises du financement des transports qui se sont déroulées ce 23 janvier, Jean Castex a rappelé les principaux points de...

Prime covoiturage: 100 euros pour les primo-covoitureurs

Afin de réduire enfin l’autosolisme, le gouvernement vient de lever le voile sur son Plan «Covoiturage du quotidien». Un bonus de 100 euros sera...

Les draisiennes électriques font un carton!

Depuis bientôt un an, elles peuvent enfin circuler sur la voie publique. Entrées dans la catégorie des «cyclomobiles légers», les draisiennes électriques sont toutefois...