Transition écologiqueEconomie circulaireEconomie circulaire: La prime à la réparation entre en vigueur

Economie circulaire: La prime à la réparation entre en vigueur

Ca y est, la prime à la réparation des équipements électriques et électroniques est (enfin) entrée en vigueur. Mais de quoi s’agit-il? Qui est concerné, et pour quels produits? On vous dit tout!

Les chiffres parlent d’eux-mêmes: si 81% des Français reconnaissent l’intérêt de la réparation, seulement 36% choisissent de donner une seconde vie à leurs objets. Pire: le taux de réparation des Equipements Electriques et Electroniques (EEE) ne serait que de 10% selon les chiffres de l’Ademe. C’est dire loin, très loin des objectifs fixés par la loi Agec qui vise les 60% d’ici à 2026! La raison de ce manque d’engouement? Le coût moyen des réparations, bien entendu.

prime réparation

Plusieurs enquêtes le montrent: on renonce à celles-ci dès lors qu’elles coûtent plus de 30% du prix du neuf. Pour «sortir la France d’une société du tout jetable pour une société du tout réutilisable» (comme l’expliquait alors l’ex-secrétaire d’Etat Brune Poirson), la loi Anti-Gaspillage pour une Economie Circulaire (Agec) avait fait de ce fonds d’aide à la réparation une mesure phare. Mais si la dite-loi a été promulguée en février 2021 le fonds -lui- n’avait jamais été mis en application. Voilà qui est donc fait!

Comment fonctionne cette aide à la réparation?

Le principe est simple. A la manière du «Coup de pouce vélo» proposé en 2020, le fonds réparation va permettre d’alléger la facture des consommateurs. Mais pas à n’importe quelles conditions, bien sûr.

Des forfaits pour chaque type d’appareils

Vous ne serez éligible à cette aide à la réparation de vos équipements électriques et électroniques que si ceux-ci appartiennent à l’une des trente-et-une familles de produits concernées. Pour chacune d’elles, un forfait a été fixé: 10 euros pour un téléphone fixe, 25 euros pour un lave-linge, 25 euros aussi pour un smartphone, 30 euros pour un téléviseur

prime réparation

Cette somme sera déduite automatiquement et immédiatement de la facture fournie par votre réparateur. Mais il faudra tout de même que cette facture atteigne un certain montant pour que vous puissiez y avoir droit automatiquement. Car, là encore, une somme plancher a été fixée: 180 euros pour un ordinateur, et 150 euros pour une imprimante ou un scanner par exemple. Mais, au fait, pourquoi ces forfaits, et comment leurs montants ont-ils été fixés? Si l’on en croit Ecosystem et Ecologic, ils représenteraient chaque fois environ 20 % du prix moyen de la réparation.

Faites réparer, mais pas n’importe où!

Attention: Ne comptez pas faire réparer votre objet électrique ou électronique chez un artisan situé en bas de chez vous. Du moins, s’il n’est pas agréé. Vous devrez obligatoirement vous déplacer chez un technicien labellisé par Ecosystem et Ecologic, les deux éco-organismes qui gèrent aujourd’hui ce fonds de réparation.

«De 31 familles de produits concernés, on passera déjà à 68 en 2025.»

EcoSystem

Des conditions trop strictes? 

Concrètement, 400 magasins et 700 techniciens mobiles sont aujourd’hui labellisés par EcoSystem et Ecologic. Ce qui peut paraître bien peu au regard des quelques 20 000 réparateurs présents en France. Sans parler des nombreux produits non concernés (comme les brosses à dents électriques ou les multiprises, par exemple). Inévitablement, de premières critiques se sont donc faites entendre. Mais Ecosystem se défend: ce fonds de réparation devrait prendre peu à peu de l’ampleur. Ainsi, «de 31 familles de produits concernés, on passera déjà à 68 en 2025», assure l’organisme. Et pour les réparateurs agréés? «Nous avons 1.700 dossiers de demande en cours. L’objectif est d’arriver à 5.000 en 2025, et à 10.000 en 2027.»

Au cabinet de Bérangère Couillard (secrétaire d’Etat chargée de l’écologie) on temporise aussi: «L’essentiel est de lancer le dispositif, voir s’il est fluide et si les Français adhèrent. Si ce n’est pas suffisant, on ira plus loin. Un premier bilan est prévu en mars avec les éco-organismes.» Toujours est-il que le dossier semble tenir à cœur du côté du gouvernement: l’extension de ce fonds à la plupart des autres produits serait à l’étude.

Les + récents

Pollution lumineuse: Les Français appellent à la sobriété!

Un sondage réalisé pour le compte de l'ANPCEN vient...

Metafore: Pour des événements d’entreprise 5 étoiles… et durables!

Né en 2020, cet opérateur propose d’organiser des événements...

Qu’est-ce que l’urbanisme durable?

Face aux enjeux et à l’urgence actuelles, repenser notre...

RSE: L’innovation durable bientôt au cœur des stratégies d’entreprise?

Longtemps Directrice Innovation dans l’industrie, Laetitia Gazagnes est aujourd’hui...

Le tri des biodéchets bientôt obligatoire chez les particuliers

A partir du 1er janvier prochain, conformément à la...

RATP: Jean Castex s’engage vers un retour rapide à la normale

Dans le cadre des Assises du financement des transports...

Les professionnels du tourisme face aux défis de la transition écologique

Nouvelles mobilités, transition environnementale, attentes de clients de plus...

Sogaris: Ou quand la logistique urbaine réinvente nos villes…

Elle fait partie des géants du secteur, Sogaris dispose...

Le tri des biodéchets bientôt obligatoire chez les particuliers

A partir du 1er janvier prochain, conformément à la loi AGEC, les biodéchets comme les épluchures, restes alimentaires ou encore fleurs fanées ne pourront...

Les professionnels du tourisme face aux défis de la...

Nouvelles mobilités, transition environnementale, attentes de clients de plus en plus exigeants en termes d’éco-responsabilité… Face aux nouvelles réalités, hôtels et restaurants doivent impérativement...

5 innovations pour amener la transition écologique à la...

Pas un mois ne passe sans que naissent de nouvelles solutions qui participent à notre transition écologique. Voici cinq nouveautés parmi tant d’autres, à...