Transition écologiqueSobriété énergétiqueChauffage d’appoint: Lequel choisir pour consommer moins?

Chauffage d’appoint: Lequel choisir pour consommer moins?

C’est une évidence: même s’ils sont souvent énergivores, les chauffages d’appoint sont forcément très prisés durant les mois d’hiver. Avantages et inconvénients des principales solutions disponibles.

Radiateur à bain d’huile Thomson

Quels sont les chauffages d’appoint électriques les plus courants?

Si l’offre est pléthorique, plusieurs catégories de produits sont à distinguer. Voici tous leurs avantages et leurs inconvénients:

  • le radiateur soufflant: Généralement peu cher, il est compact et parfaitement mobile. Il s’adapte donc parfaitement aux petits espaces. Sa soufflerie envoie de l’air chaud à la manière d’un ventilateur. Très pratique donc, mais particulièrement énergivore.
  • le sèche-serviette: Inutile de le présenter, il est déjà présent dans nombre de nos salles de bains. Mais si sa chauffe est rapide (et qu’il est lui aussi très pratique!), il consomme vraiment beaucoup.
  • le radiateur à bain d’huile : Maniable, il conserve longtemps la chaleur, même une fois éteint. Son principal inconvénient? Il chauffe lentement. Mais il peut être une bonne solution pour les petites pièces. Sinon, attention à la facture!
  • le panneau rayonnant: il diffuse la chaleur par rayonnements infrarouges. Il ne réchauffera donc pas l’air ambiant, seulement les personnes présentes dans la pièce. Inconvénient: aussitôt éteint, ses effets disparaissent. Avantages: il chauffe rapidement, et consomme peu.
  • le radiateur à inertie : De tous, c’est celui qui consomme le moins, mais il est aussi l’un des plus chers à l’achat. Il emmagasine la chaleur pour continuer à la diffuser longtemps après son extinction. Au choix, vous pourrez trouver des modèles à inertie sèche (en pierre ou en fonte, par exemple) ou à inertie liquide.
chauffage

Et les chauffages d’appoint non électriques?

Les chauffages d’appoint fonctionnant sans électricité les plus fréquents (et les plus économes en énergie) sont évidemment:

  • Le chauffage au gaz: Si vous optez pour une alimentation au gaz, privilégiez les modèles fonctionnant à l’infrarouge. La chaleur sera conservée, puis diffusée progressivement. Un conseil: vérifiez que votre chauffage puisse s’éteindre automatiquement en cas de problème.
  • Le chauffage au bois: C’est évidemment la solution la plus économique, bien qu’un poêle à bois soit onéreux à l’achat (et à la pose). Côté combustibles, vous pourrez opter soit pour des bûches soit pour des granulés de bois, les deux solutions demeurant les moins chères du marché.
chauffage

Deux priorités essentielles avant de choisir son chauffage

Avant de vous décider pour telle ou telle solution à installer chez vous, assurez-vous de choisir la puissance correspondant à vos besoins. Selon la surface que vous souhaitez chauffer (et selon la qualité de son isolation), vos appareils devront bénéficier d’une puissance suffisamment performante pour permettre une montée en température rapide sans être trop énergivore. Pour connaître la bonne puissance, c’est simple: comptez environ 100 watts pour 1 m². Du moins en prenant l’exemple d’un espace bénéficiant d’une hauteur sous plafond moyenne de 2,5 mètres et d’une bonne isolation. Mais si votre pièce est plus haute ou mal isolée, choisissez un appareil de plus forte puissance.

De même, optez plutôt pour un radiateur pourvu d’un thermostat ou d’un programmateur. Et si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à vous en acheter un. Assez peu coûteux, il sera vite rentabilisé! En effet, si l’espace n’est pas toujours chauffé (ou s’il est très mal isolé), un appareil équipé d’un système de régulation thermique vous évitera de gros écarts de température. Et donc une surconsommation d’énergie qui se répercutera (parfois fortement) sur votre facture.

Combien ça coûte? 

Comme on l’a dit, l’offre est pléthorique. Et les gammes de prix très larges. Vous trouverez des radiateurs soufflants à partir d’une dizaine d’euros. Mais selon les modèles, la puissance ou encore les marques, leurs prix peuvent monter à plusieurs centaines d’euros. Chez Darty par exemple, les modèles proposés varient de 14 à 375 euros. Pour un radiateur à bain d’huile, même chose: l’enseigne les propose entre 35 et 900 euros. Quant aux radiateurs à inertie, selon votre budget vous en trouverez ici ou là de 90 à 2 000 euros environ. Pour ceux fonctionnant au gaz, comptez entre 150 et 1 000 euros, voire plus de 1 500 euros pour les modèles hauts de gamme. 

chauffage

Restent les poêles à bois. Evidemment, ils représentent un coût beaucoup plus important: de 700 jusqu’à 9 000 euros, voire 15 000 euros pour un poêle suspendu. Mais, en moyenne, comptez 2 600 euros. A cela s’ajoutera bien souvent les coûts d’installation, qui peuvent être très conséquents selon les modèles. Surtout, n’oubliez pas que certaines aides (comme MaPrimeRénov’ ) peuvent vous être accordées. Elles allègeront singulièrement la facture!

Les + récents

Pollution lumineuse: Les Français appellent à la sobriété!

Un sondage réalisé pour le compte de l'ANPCEN vient...

Metafore: Pour des événements d’entreprise 5 étoiles… et durables!

Né en 2020, cet opérateur propose d’organiser des événements...

Qu’est-ce que l’urbanisme durable?

Face aux enjeux et à l’urgence actuelles, repenser notre...

RSE: L’innovation durable bientôt au cœur des stratégies d’entreprise?

Longtemps Directrice Innovation dans l’industrie, Laetitia Gazagnes est aujourd’hui...

Le tri des biodéchets bientôt obligatoire chez les particuliers

A partir du 1er janvier prochain, conformément à la...

RATP: Jean Castex s’engage vers un retour rapide à la normale

Dans le cadre des Assises du financement des transports...

Les professionnels du tourisme face aux défis de la transition écologique

Nouvelles mobilités, transition environnementale, attentes de clients de plus...

Sogaris: Ou quand la logistique urbaine réinvente nos villes…

Elle fait partie des géants du secteur, Sogaris dispose...

Le tri des biodéchets bientôt obligatoire chez les particuliers

A partir du 1er janvier prochain, conformément à la loi AGEC, les biodéchets comme les épluchures, restes alimentaires ou encore fleurs fanées ne pourront...

Les professionnels du tourisme face aux défis de la...

Nouvelles mobilités, transition environnementale, attentes de clients de plus en plus exigeants en termes d’éco-responsabilité… Face aux nouvelles réalités, hôtels et restaurants doivent impérativement...

5 innovations pour amener la transition écologique à la...

Pas un mois ne passe sans que naissent de nouvelles solutions qui participent à notre transition écologique. Voici cinq nouveautés parmi tant d’autres, à...