Accueil » Entreprises et Collectivités » Les éco-entreprises au cœur des innovations
Eco-Entreprises

Les éco-entreprises au cœur des innovations

par Laurent F.

Début avril s’est tenu le Forum national des éco-entreprises qui met en relation les acteurs des différentes filières et récompense les entreprises les plus innovantes. A cette occasion, le deuxième Observatoire des éco-entreprises a été publié tandis que les plus innovantes d’entre elles ont été récompensées. Voici ce qu’il faut en retenir.

Le 4 avril dernier, le Ministère de l’Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique accueillait la 15ème édition du Forum national des éco-entreprises. L’occasion de multiples ateliers, conférences et rendez-vous BtoB entre les quelques 500 inscrits et les collectivités, les différents réseaux ainsi que des donneurs d’ordres et des investisseurs présents sur l’évènement. A cette occasion, le PEXE (qui réunit 40 réseaux et 6 000 éco-entreprises) a publié -avec le soutien de l’ADEME– son deuxième Observatoire des éco-entreprises. Destiné à mieux connaître les filières de la transition écologique, énergétique et circulaire, cet Observatoire porte cette année sur 570 de ces éco-entreprises.

Les start-ups représentent plus de la moitié des éco-entreprises

Parmi les résultats les plus notables, une franche évolution d’abord: si, comme en 2023, les éco-entreprises exercent majoritairement dans les secteurs des déchets, de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables, celui du bâtiment a opéré ces derniers temps une considérable mue. La preuve: la construction durable est passée en une seule petite année de 13% à 26%, devenant de ce fait le quatrième secteur d’activité. Pour le reste, 51% de ces éco-entreprises sont aujourd’hui des start-ups, et 12% des structures de l’ESS. Autant se veulent des entreprises à mission. Autre bonne nouvelle: 68% d’entre elles cherchent aujourd’hui à recruter, et même 77% du côté des start-ups. Pour toutes ou presque, se développer au-delà de nos frontières est une ambition, voire une priorité: 38% se développent à l’international, 70% ambitionnent de conquérir l’Europe. Reste toutefois un pilier RSE encore (très) mal maîtrisé: 66 % des éco-PME sont dirigées par des hommes.

4 grandes Vitrines de l’innovation

A chacune de ses éditions le Forum national des éco-entreprises met également en avant les structures plus innovantes dans le cadre de «Vitrines de l’innovation». Cette année, plus de cent candidatures ont été présentées, et dix finalistes ont été retenues pour concourir aux prestigieux Trophées de l’éco-entreprise innovante 2024. Restait aux membres du jury (composé de grands comptes, d’industriels et de collectivités, notamment) de couronner quatre éco-entreprises dans chacune des quatre grandes «vitrines». A savoir «Eau et biodiversité», «Air, bâtiment et mobilité», «Déchet et économie circulaire», et «EnR et efficacité énergétique». 

Bornes électriques, tuiles intelligentes, batteries régénérées et chaleur convertie

Première lauréate, Mob-Energy propose Eiko, une solution permettant de déployer sur tous les parkings une solution de recharge en moins d’une semaine. Et surtout d’électrifier jusqu’à vingt places avec un seul câble de raccordement au réseau électrique, ceci pour une puissance équivalente à une seule borne «classique». Quant à ses batteries de seconde vie, elles stockent l’énergie en heures creuses ou emmagasinent les énergies auto-produites via des panneaux solaires. Loin d’être inconnue, l’éco-entreprise compte déjà (entre autres) Enedis, DHL, Airbus,  l’Armée Française, ou encore la Préfecture de la Nièvre pour clients.

Cactile, elle, s’est distinguée pour son système de tuiles écoconçues qui permet d’utiliser l’enveloppe des bâtiments pour recueillir, stocker et gérer l’eau de pluie, la finalité étant d’accélérer l’adaptation des villes au changement climatique. 

BeEnergy propose, quant à elle, la régénération des batteries utilisées par les collectivités et les entreprises. Des batteries qui sont ensuite restituées à leurs propriétaires pour être réutilisées. Avec des performances équivalentes à celles d’une batterie neuve. Et, à la clé, des économies considérables.

Enfin, dernière éco-entreprise récompensée, Enogia s’est spécialisée dans la conception de micro-turbomachines. Elle propose des solutions dans les systèmes de conversion de chaleur en électricité et des compresseurs d’air pour pile à combustible hydrogène.

Articles connexes