Albin Warin, Directeur France de Leon Cycle: «Des vélos pour tous les usages et à bon prix, c’est notre force!»

    Moscow Plus
    Leon Cycle in British Columbia

    Présent en France depuis peu, le fabricant et distributeur allemand, Leon Cycle propose des vélos à assistance électrique pour tous les usages. Son Directeur France, Albin Warin nous en dit plus sur son développement, tant sur le marché français qu’à l’international.

    Leon Cycle a déjà sept ans. Pouvez-vous retracer son histoire? 

    Albin Warin: «L’histoire a commencé en 2014 dans le nord de l’Allemagne, à Hanovre. Notre idée était de proposer des vélos de belle facture et à un prix abordable. A l’époque, les VAE coûtaient généralement plusieurs milliers d’euros. Nous les proposions entre 1 500 et 2 000 €. Pour rendre ce challenge possible, nous avons décidé de supprimer tous les intermédiaires, et  – succès faisant – nous sommes rapidement devenus l’un des piliers du marché allemand. C’est alors que nous avons souhaité nous exporter.

    Il y a trois ans, le Groupe est arrivé en Amérique du Nord, à Seattle pour commencer (USA). Puis à Melbourne, en Australie. L’année suivante, nous avons pénétré de nouveaux marchés européens comme l’Espagne et l’Italie. Bref, nous sommes désormais présents dans une quinzaine de pays. De plus, Leon Cycle garde plus que jamais les différentes casquettes qu’il avait dès l’origine: concepteur, fabricant et distributeur. Cela nous permet de maîtriser toute la chaîne, et de vendre sous l’enseigne Léon Cycle nos différentes marques.»

    «nous essayons de casser les codes des magasins de vélos traditionnels»

    Albin Warin, directeur France de Leon Cycle

    De quand date votre arrivée en France?

    A.W.: «Nous avons fait une période de test sur internet à la fin de l’été 2020, suite à quoi – puisque les premiers mois ont été concluants – nous avons recruté nos équipes. Cela fait donc un peu plus d’un an que nous avons démarré. Nous avons ouvert cet été une première boutique à Lille. Et d’autres sont prévues, à Paris et en Province, dans le courant de 2022. A travers celles-ci nous essayons de casser les codes des magasins de vélos traditionnels en créant une ambiance un peu plus chaleureuse que d’ordinaire. Vous y trouverez des sofas en cuir, de la brique aux murs, du bois. Nous tenons à mettre en valeur le service en accueillant les gens dans un environnement confortable. Ceci pour les inviter à revenir!»

    Boutique Leon Cycle à Lille
    Boutique Leon Cycle à Lille

    Votre offre est-elle la même partout ou s’adapte-t-elle à chaque pays? 

    A.W.: «Nous nous adaptons aux particularités techniques des pays concernés, bien entendu. Aux Etats-Unis, la nécessité de brider les moteurs à 25 km/h n’existe pas; nos VAE peuvent donc être plus rapides. En Angleterre le système de freinage est inversé… Bref, hormis ces petits détails techniques, la gamme est la même partout, oui.»

    Justement, quelle est-elle?

    A.W.: «Si l’on compte les déclinaisons de couleurs ou de tailles, nous en sommes à plus d’une trentaine de vélos. Si l’on parle du modèle en lui-même, alors nous en proposons une quinzaine. Pour tous les usages. C’est notre force ! Ainsi, nous pouvons proposer un vélo à une personne qui souhaite faire du VTT. Un vélo pliant ou un vélo ubrain à quelqu’un qui vit en ville. Des modèles tous-terrains aussi, comme les Fat Bikes qui permettront d’aller s’amuser dans le sable ou dans la neige. Nos vélos s’adressent à tous. Et à toutes les bourses. D’ailleurs, nous avons progressivement baisser leurs prix. Aujourd’hui, ils se situent entre 1 000 et 2 000 €.»

    Vélo Aspen Plus
    Aspen Plus

    Le marché français a-t-il quelques spécificités que les autres n’ont pas?

    A.W.: «Il s’agit du troisième plus gros marché en terme de VAE en Europe, après l’Allemagne et les Pays-Bas. Et il grandit vite! Toutefois, en l’observant on se rend compte que – contrairement aux pays voisins – le taux de pénétration est encore assez faible. Nous avons donc beaucoup de progrès à faire. Côté distribution, la vente se fait très majoritairement chez les revendeurs, et même à plus de 70 % dans les boutiques traditionnelles.»

    Des projets?

    A.W.: «Nous lançons une nouvelle marque spécialisée dans les Fat Bikes. Début 2022, nous renouvellerons la gamme de nos NCM Bike: la majorité des modèles seront changés, rajeunis. Et nous allons donc ouvrir de nouveaux points de vente en France, comme je vous le disais précédemment.» 

    Rajeunir la gamme pour rajeunir la cible?

    A.W.: «Absolument! Historiquement, les VAE étaient utilisés par les plus de 50 ans. Mais, depuis quelques temps, la cible se rajeunit. Nous devons donc nous adapter et continuer à évoluer, tant en terme de design que de technologies.»