5 conseils pour (bien) entretenir votre vélo électrique

Vous venez de délaisser votre vieux vélo pour vous offrir votre premier VAE ? Pour l’entretenir entre deux passages à l’atelier, quelques points auxquels vous n’étiez pas forcément habitués méritent votre vigilance. Voici les principaux.

1. Chouchoutez votre batterie

Si vous êtes un(e) habitué(e) des vélos dits « classiques », voilà la grande nouveauté à laquelle vous devrez vite vous habituer. Sachez qu’on estime entre 500 et 1 000 le nombre de cycles maximales supportés par une batterie. En approchant ce seuil, celle-ci perdra peu à peu de sa capacité. Le BMS (Battery Management System) aussi. Le BMS est un système qui contrôle et stoppe la charge lorsque celle-ci arrive à 100 %, de même qu’il arrête la consommation lorsque la batterie est quasi vide. Bref, pour économiser le tout, évitez les surcharges et les décharges complètes. Un cycle représentant une charge à 100 % puis une décharge à 100 %, rechargez votre vélo lorsque vous en serez à 50 %. Au bout du compte, vous n’aurez finalement utilisé qu’un demi cycle ! En clair, l’idéal est de conserver le plus souvent possible votre batterie à mi-charge, et ceci même quand vous n’utilisez pas votre vélo. 

Dernier conseil important : par forte canicule ou par temps très froid, retirez la batterie et stockez là à température ambiante (autour de 20°). Elle préfèrera ! Et, bien sûr, faites exactement la même chose si vous restez une longue période sans enfourcher votre vélo.

2. Les pneus : Ni trop ni pas assez gonflés

S’ils ne sont pas assez gonflés, non seulement vous risquerez la crevaison, mais votre moteur s’essoufflera et l’autonomie de votre VAE s’en trouvera altérée. Des pneus trop gonflés ? Pas mieux, car vous risquerez leur éclatement. Bref, un pneu se gonfle ni trop ni pas assez. Vérifiez leur pression régulièrement.

Vous avez crevé ? Prudence : certains VAE cachent leur moteur dans le moyeu avant ou arrière. Dans ce cas, si vous ne vous jugez pas assez connaisseur, optez pour une visite à l’atelier plutôt que de vous lancer dans de trop périlleuses réparations.

3 – L’éclairage : Soyez prévoyants !

Deux types d’éclairage existent : à piles ou à batterie. Si le vôtre est à batterie, juste une évidence : pensez à le charger ! Et s’il est à piles, n’oubliez pas de vous équiper d’un jeu d’accus chargés que vous conserverez toujours avec vous lors de vos déplacements.

4 – Le nettoyage mérite votre attention

Pour nettoyer votre vélo, évitez les jets trop puissants (du type Karcher). Ils risquent non seulement d’endommager les joints d’étanchéité, mais aussi de mettre de l’eau dans des zones fermées. Et ça, votre batterie va détester ! Préférez l’éponge ou le chiffon trempé(e) dans une bassine d’eau. Quoiqu’il en soit, au moment de nettoyer le cadre de votre VAE, n’oubliez pas de retirer votre batterie. Et pour les connecteurs électriques, contentez-vous d’un chiffon imbibé d’un peu d’alcool ou de vinaigre blanc.

5 – Vérifiez régulièrement freins et chaîneForce du moteur et vitesse obligent, certaines pièces seront particulièrement sollicitées, et nécessiteront donc une vérification plus régulière que lorsque vous roulez à vélo « classique ». Pensez à huiler la chaîne. Et vérifiez les pignons (les petites dents sur la roue arrière, souvent montés sur une cassette). Sans oublier, évidemment, les plaquettes et patins de freins.