2 roues électriques : Du nouveau dans les flottes partagées

Dans les rues de nos grandes villes, tout particulièrement à Paris, vélos, trottinettes et scooters électriques partagés vivent leur plein essor. Voici quelques nouveaux arrivants.

Après Bordeaux et l’Espagne, Yego propose ses Pink Style aux Parisiens

On l’a déjà dit ici : longtemps en situation de monopole sur Paris et sa banlieue, les scooters électriques Cityscoot connaissent désormais la concurrence de Lime.

Et voilà que surgit Yego ! Créée par 3 Français mais basée à Barcelone, la start-up lance en effet son service de scooters électriques en libre-service dans les rues de la capitale, espérant connaître le même succès que celui qu’elle vit déjà à Barcelone, Séville, Malaga et Bordeaux.

1000 modèles devraient être disponibles d’ici la fin juillet, avant d’atteindre à terme quelques 2000 deux-roues. Basé sur une tarification à la minute, le service sera facturé 36 centimes d’€/minute, soit légèrement moins que chez Cityscoot et Lime qui affichent tous deux 39 centimes.

Quant à l’engin en lui-même, Yego a choisi le Pink Style, un équivalent 50cc au look rétro. Doté d’un moteur 3 000 W et de 100 km d’autonomie, le bolide est assemblé dans les ateliers Pink des Yvelines.

Avec quantité d’innovations, comme l’ouverture du topcase et le démarrage du scooter pilotés par l’application mobile Yego, un bloc full LED à l’avant pour une meilleure visibilité sur route, l’aide au démarrage en côte, ou encore un chargeur USB. A noter qu’avec ce partenariat, Pink s’affiche désormais comme le « premier fournisseur français de mobilité électrique partagée »

Pony s’est installé le long du Vélopolitain

Si Lime est venu concurrencer Cityscoot sur le marché des scooters partagés, l’opérateur américain doit lui aussi faire face à un nouveau concurrent.

Du côté des vélos électriques précisément. Créée par Paul-Adrien Cormerais et Clara Vaisse, Pony vient de s’installer à Paris ! Cette entreprise de location de vélos et de trottinettes électriques en libre service était jusqu’ici présente à Angers et à Bordeaux.

Depuis début mars, les Parisiens peuvent donc à leur tour emprunter l’un des 500 vélos à assistance électrique qu’elle propose, tous situés le long de l’actuel Vélopolitain, un réseau de pistes cyclables qui longe les lignes 1 (Gare de Lyon/Porte Maillot) et 13 (Porte de Saint-Ouen /Porte de Vanves) du métro.

« Inspiré des travaux menés par les associations de cyclistes parisiens, ce système de vélos en libre-service sur des lignes fixes constitue une expérimentation inédite : Pony invente ainsi la première ligne de transport en commun à vélo », expliquait Paul-Adrien Cormerais (CEO de Pony) lors du lancement.

Une offre incontestablement originale. Et particulièrement compétitive : 1,90 € par tranche de 30 minutes. De plus, fabricante des vélos et des trottinettes qu’elle propose, l’entreprise angevine s’enorgueillit de posséder le plus faible bilan carbone du marché grâce à l’accord d’exclusivité passé avec la société Gouach – le premier fabricant français de batteries renouvelables – pour doter ses véhicules d’une nouvelle batterie dont la durée de vie dépasserait les 10 ans.

Du côté des trottinettes électriques ? 

Au printemps dernier Tier Mobility a déployé 5000 trottinettes nouvelle génération dans les rues parisiennes en remplacement de celles déjà présentes. Plus sûres, plus innovantes, on les les trouve aussi à Bordeaux, Lyon, Grenoble, et à Saint-Quentin-en-Yveline.

Autre nouveauté du côté de l’opérateur allemand, le Tier Energy Network – un réseau de recharges de batteries situé chez les commerçants de quartiers – sera mis en place dans toute la France d’ici à la fin 2021.