Accueil » Transition écologique » Sobriété énergétique » L’éco-organisme Soren organise la collecte et le recyclage des panneaux photovoltaïques

L’éco-organisme Soren organise la collecte et le recyclage des panneaux photovoltaïques

par Laurent F.

Selon un récent sondage, près du quart des Français ignorent que les panneaux solaires peuvent être recyclés, et près du tiers ignorent l’engagement de la filière en ce sens. Pour mieux les informer, l’éco-organisme Soren propose depuis peu une mallette pédagogique. Mathieu Vianey, Directeur des relations adhérents et qualité, nous explique le principe de celle-ci. Et nous dit tout l’intérêt de ce recyclage.

Quelle est la mission de Soren?

Mathieu Vianey: Soren est un éco-organisme agréé par les pouvoirs publics pour informer et sensibiliser les différentes parties prenantes de la filière photovoltaïque. Notre mission consiste également à créer et à développer la filière de la collecte et du recyclage de ces panneaux solaires. Sachant qu’un sondage Opinion Way réalisé pour Soren montre que 21% des Français pensent que ses panneaux ne sont pas recyclables et 29% ne connaissent pas l’engagement du secteur pour le recyclage.

Quelle est la durée de vie d’un panneau solaire? 

Mathieu Vianey: Si l’on se réfère à la garantie offerte par les fabricants, la durée de vie est de l’ordre vingt-cinq ans, sachant que l’on peut être amené à en récupérer de beaucoup plus jeunes en raison d’épisodes climatiques intenses comme une tempête, un cyclone, une tornade ou un très gros orage de grêle qui aurait provoqué beaucoup de dégâts.

Pour mieux faire connaître le recyclage de ces panneaux vous venez de lancer une mallette pédagogique. Quelle est la cible?

Mathieu Vianey: Les acteurs du monde du solaire bien entendu, mais pas seulement. Nous nous adressons aussi aux scolaires par le biais des enseignants qui peuvent s’emparer de ces outils mis à leur disposition pour sensibiliser leurs élèves, ceci de la primaire jusqu’à ces BTS qui forment aux métiers des énergies renouvelables notamment.

Deux versions sont disponibles: une mallette physique et une mallette digitale. Que contiennent-elles?

Mathieu Vianey: La version physique est une mallette en bois venus de forêts éco-gérées. Pour apposer notre logo, plutôt que d’opter pour des peintures polluantes nous avons fait appel à un pyrograveur. A l’intérieur, vous trouverez un quizz de 40 questions (« Le Quiz Solaire et Circulaire ») qui vous permettra de mieux connaître le sujet, et surtout des petits flacons contenant des fractions de matières premières issues du recyclage de panneaux solaires cristallins qui sont les plus nombreux à être mis sur le marché: du verre, du cuivre, du silicium, de l’aluminium… Cette mallette est pour le moment destinée au corps professoral et aux adhérents de Soren. C’est pour cette raison que nous avons jugé utile de proposer aussi une version digitale qui propose des pages dédiées aux étudiants, aux enseignants et au grand public avec infographies et vidéos sur les méthodes de recyclage.

Le développement du solaire est relativement récent. Aussi, que représente aujourd’hui sa collecte et son recyclage? N’est-elle pas infime? 

Mathieu Vianey: Vous avez raison. Voilà une trentaine d’années environ qu’ils ont commencé à être installés sur le territoire, et le delta est encore important entre le marché et ce que nous collectons. Sur le plan des installations, 2023 a été une nouvelle année record avec 14,5 millions de panneaux posés sur le territoire français (métropole et territoires d’outre-mer), ce qui représente plus 330 000 tonnes. De notre côté, nous avons récupéré un peu plus de 5 000 tonnes de panneaux usagés. Mais s’il est important, ce delta est parfaitement normal. 

Pourquoi? 

Mathieu Vianey: Nous sommes là sur des produits que l’on ne change pas aussi souvent que nos smartphones, par exemple. Au fil du temps, la collecte va forcément monter en puissance. Nous estimons que d’ici 2040 nous traiterons 140 000 tonnes. De plus, ces 330 000 panneaux installés l’an passé, nous les récupèrerons dans vingt-cinq ou trente ans. 

Concrètement, que dois-je faire pour recycler mes panneaux en fin de vie?

Mathieu Vianey: D’abord, il faut savoir que nous reprenons l’ensemble des panneaux, sans jamais considérer la marque, la technologie ou leur date de mise sur le marché. Si vous êtes un particulier, et que -comme c’est probable!- vous avez moins de quarante panneaux solaires, il suffit d’aller sur le site de Soren dans la rubrique Collecte. On vous demandera de saisir votre adresse postale pour vous géolocaliser, après quoi les points d’apport volontaire partenaires les plus proches de chez vous vous seront communiqués. Il vous suffit alors de convenir d’un rendez-vous avec l’un d’entre eux pour aller les déposer. Sans frais.

Soren
Collecte Panneaux
Avignon / Lambesc

Et si je suis un chef d’entreprise?

Mathieu Vianey: Si vous êtes chef d’entreprise (un agriculteur, par exemple) et que vous avez équipé vos entrepôts ou vos hangars de nombreux panneaux (plus de quarante), toujours sur le site de Soren et toujours dans la rubrique Collecte, il vous suffira de cliquer sur «J’ai plus de 40 panneaux». On vous demandera alors de remplir un formulaire en nous communiquant des informations très pratiques. Puis nos logisticiens vous rappelleront pour prendre rendez-vous afin de venir récupérer vos vieux panneaux. Toujours sans frais, puisque nous sommes financés par l’éco-participation. 

Que deviennent ces panneaux une fois collectés? 

Mathieu Vianey: Plusieurs voies sont possibles. La voie royale est, bien sûr, le réemploi. Il est possible lorsque le panneau ne présente visuellement aucun souci apparent. Nous le confions alors à nos partenaires spécialisés qui opérent un certain nombre de tests afin de vérifier la sécurité, la durabilité du panneau, et évidemment de mesurer ses performances. Si ces panneaux présentent un verre brisé ou fissuré, ils seront traités suivant l’une des deux technologies françaises existantes. Brisés, ils seront broyés pour récupérer ces matières premières qui sont exposées dans notre mallette. Quant à ceux qui ne sont ni brisés ni fissurés, nous les récupérerons par délamination.

Articles connexes