«L’atout des scooters Yadea? Un rapport qualité-prix particulièrement compétitif!»

    Scooter Yadea

    Leader mondial sur le marché du scooter électrique, Yadea s’est déployé en France il y a tout juste un an, distribué en exclusivité par Logicom. Son chef de projet digital et responsable de la communication, Raphaël Misrachi, nous présente la marque.

    Yadea vient d’arriver sur le marché français. Pouvez-vous nous présenter ce nouvel acteur?

    Raphaël Misrachi: «Yadea a été créé en Chine en 2001. Il s’agit du premier fabricant mondial de deux-roues électriques. A l’international il est présent dans plus de 80 pays, principalement en Asie du Sud-Est et en Amérique latine. Et en Europe depuis 2019, d’abord en Allemagne, puis en France l’année suivante. Pour s’y développer, Yadea a fait appel à Logicom. Nous sommes une entreprise d’import-export dont le cœur de métier a d’abord été l’informatique et la téléphonie, avant de nous diversifier récemment dans les mobilités électriques. Avec la trottinette électrique Wispeed. Puis en devenant donc le distributeur exclusif de Yadea sur le territoire.»

    Quels types de scooters propose-t-il? 

    R.M. :«Nous disposons actuellement d’une gamme de cinq scooters. Notre entrée de gamme est le C-Line, un 50cc avec une autonomie de 45 km et une vitesse maximale de 45 km/h, un mode Sport et un mode Eco. Le C-Umi, lui, est un engin très urbain et maniable. Il a vocation à s’adresser à une cible féminine. Le G 5 présente un peu plus d’autonomie. Avec, pour particularité, un design très géométrique. Nous avons également le C1S, notre produit phare. Il présente un peu plus d’autonomie encore, un look urbain, et un design développé en partenariat avec une agence autrichienne travaillant aussi pour Audi. Enfin, le G5 Pro Delivery s’adresse à une clientèle professionnelle et dispose de deux batteries.»

    G5 Pro

    Selon vous, quels sont les principaux atouts de Yadea?

    R.M. : «Je dirais un rapport qualité-prix particulièrement compétitif. Les C-Line et C-Umi sont aux alentours de 2 000 €, le C1S 4 000 €, le G 5 Pro Delivery 5 000 € (ce à quoi il faut soustraire le bonus écologique et les différentes aides des régions). Il faut ajouter que toutes les batteries sont amovibles, et rechargeables sur des prises domestiques. Par ailleurs, hormis pour les deux premiers modèles que je vous ai cités, ces batteries sont situées dans le plancher, ce qui offre plus d’aéro-dynamisme et un espace sous siège pour le rangement. Par exemple, sur le G5 vous aurez la place pour un casque, sur le C1S vous en mettrez deux…»

    Aujourd’hui, quelle est la part de marché de la marque? 

    R.M. : «Elle est évidemment en pleine évolution. Comme je le disais, son arrivée date seulement de 2020, et nous n’avons commencé la communication que récemment puisque «bridés» par les différents confinements et autres aléas! Disons que nous sommes aux environs de la 7ème place.»

    Connaissez-vous déjà le profil type de votre clientèle? 

    R.M. : «Nous venons tout juste de recevoir une première étude de marché. Nous sommes clairement sur une cible urbaine, située entre 25 et 35 ans. Avec à peu près autant d’hommes que de femmes, ce qui a constitué une bonne surprise pour nous, le deux-roues traditionnel étant généralement plutôt à dominance masculine.»

    Des projets?

    R.M. : «Nous lancerons en janvier 2022 le C1S Pro, notre premier 125 cc. Il pourra monter jusqu’à 98 km/h avec une autonomie d’environ 80 km. Côté design, Il ressemblera en tous points au C1S, mais disposera de deux batteries. Là encore, le prix sera intéressant: aux alentours de 5 500/6 000 €, ce qui est tout à fait correct pour un 125 cc! Enfin, nous travaillons à accroître notre réseau de revendeurs. Actuellement, hors les magasins Feu Vert dans lesquels nous sommes présents, nous en avons une trentaine un peu partout en France.»

    CS1 Pro
    CS1 Pro