Starlett : La Dolce Vita version électrique !

Scooter jaune

Visiter les superbes paysages provençaux à bord d’un scooter vintage, vous en rêviez ? A 23 ans, Jean-Baptiste Godard vient de créer Starlett, une start up qui met la micro-mobilité électrique au cœur de nos vacances ! 

Comment est née l’idée de Starlett

Après presque deux ans passés à l’étranger dans le cadre de mes études de commerce (en échange à Séoul, puis en stage à Madrid), les différents confinements et les cours à distance m’ont donné l’occasion de réfléchir longuement aux changement radicaux que la situation impliquait, tant dans nos modes de vie qu’en terme de mobilité.

Concernant nos loisirs et nos vacances, la tendance qui semble s’imposer désormais est le « slow travel » : on voyage moins mais mieux, et surtout plus « propre ». On fuit le tourisme de masse; on prend le temps de découvrir une région, d’aller à la rencontre des habitants. En bon passionné de voyage et de tourisme éco-responsable, j’ai donc cherché une solution de déplacement sur nos lieux de vacances qui soit à la fois sécurisée, simple, agréable et écologique. Puis mon père, Mathieu Godard, lui-même entrepreneur, s’est associé au projet. Et c’est comme cela que Starlett est né ce printemps : un nouveau service de location et de livraison de scooters électriques.

Quel est votre concept ?

L’idée est de proposer à la location des scooters vintage 100% électriques directement dans les hôtels et les chambres d’hôtes hauts de gamme. Ils sont entretenus en continu afin d’être toujours opérationnels, et l’intervention est incluse en cas de panne ou de problème technique. Enfin, des accessoires sont aussi mis à disposition (top-cases, supports de téléphones, paniers pique-nique, cartes postales…) pour faire vivre une expérience complète et originale aux clients de l’hôtel. 

Parlez-nous de ces scooters…

La Starlett est pour le moment disponible en deux couleurs, bleue et jaune. Elle dispose de deux batteries intégrées, et d’une autonomie qui peut aller jusqu’à 100 kilomètres. Nous fournissons les chargeurs aux hôtels et aux chambres d’hôtes, et un responsable de l’établissement a pour mission d’effectuer les charges chaque soir. Enfin, pour plus de sécurité, et parce que nous nous fixons vraiment dans le « slow travel », sa vitesse est limitée à 45km/h. Et, bien sûr, casque, antivol, gants, tout est fourni !

Au fait, pourquoi ce nom ?

Nous avons voulu lui donner un look vintage, ce qui éveille évidemment tout un imaginaire fait d’insouciance, de joie de vivre et de légèreté. Les ballades improvisées, les belles rencontres, les découvertes insolites… D’ailleurs, elle s’inspire du modèle fabriqué par la marque française Monet-Goyon dans les années 50, mais aussi du concept de la « moto-scooter » créée après-guerre par Piaggio avec sa Vespa, symbole de liberté et de convivialité, et porté par le succès des films « Vacances romaines » et « La Dolce Vita ». Bref, le nom « Starlett » s’est imposé de lui-même !

Quel développement espérez-vous ?

Pour cette année nous nous limiterons au B2B, même si à moyen terme nous visons le B2C. Dès le 1er juin, Starlett sera présent dans des établissements de Provence, plus précisément dans la région des Alpilles, du Mont Ventoux et du Luberon. Nous nous déploierons sur la côte atlantique en 2022, puis – nous l’espérons – sur l’ensemble de la France dans les trois ans à venir.