Véhicules électriques: Le groupe Toyota accélère, ses concurrents aussi…

    Longtemps frileux sur le sujet, le groupe Toyota vient d’annoncer l’arrivée de quelques trente véhicules électriques d’ici à 2030. Dont dix-sept concepts-cars d’ores et déjà présentés. Un sérieux changement de cap, donc. Mais, face à la politique de ses concurrents, le géant nippon avait-il le choix?

    Un changement de cap à l’ampleur inattendue

    Longtemps Akio Toyoda, le patron du groupe Toyota, s’est montré sceptique face au tout-électrique. En 2020 il était contre l’interdiction des véhicules thermiques d’ici à 2035 que, selon les rumeurs d’alors, l’Etat japonais s’apprêtait à annoncer! Une immense grogne des actionnaires s’en était alors suivie. Si bien qu’Akio Toyoda, en sa qualité de directeur de l’Association Japonaise des Constructeurs Automobiles, a dû faire marche arrière. Lors d’une conférence de presse donnée mi-décembre, le pionnier des véhicules à moteur hybride vient en effet d’annoncer le lancement de trente modèles 100 % électriques d’ici à 2030! Et prévoit, à même échéance, la vente de 3,5 millions de VE par an, soit un tiers de son volume actuel. D’ici là? Pas moins de dix-sept concepts-cars ont déjà été présentés. A la surprise générale!

    Toyota et Lexus sont les premiers concernés

    A venir, donc, un SUV, une berline, un crossover urbain… C’est simple, tous les segments sont concernés par le déploiement électrique made in Toyota! Et si le constructeur nippon s’appuiera essentiellement sur sa gamme bZ, huit autres concepts-cars ont aussi été dévoilés. Parmi eux, un pick-up qui s’inspirera du Tundra, un petit roadster, un Compact Cruiser, et même une navette autonome! La marque haut de gamme du groupe, Lexus, devrait elle aussi intensifier son passage au 100% électrique. Rappelons d’ailleurs que l’enseigne avait déjà présenté (le 30 mars dernier) un projet prometteur, le Lexus LF-Z Electrified.

    Devraient suivre une berline et deux SUV, dont le RZ450e attendu dès 2022. Ainsi qu’une flambante et énergique GT électrique pour laquelle le fabricant annonce un 0-100 km/h en moins de 2 secondes et 700 km d’autonomie. Pour parvenir au développement de ces modèles, le groupe prévoit dinvestir quelques 15,6 milliards deuros. Et autant dans la production de batteries.

    Voiture électrique Lexus

    Du côté de la concurrence? Des investissements massifs!

    On le sait, les plus grands constructeurs ont tous affiché leurs larges (et nécessaires) ambitions. Certains, depuis longtemps déjà! Parmi eux, citons Stellantis qui compte investir 30 milliards deuros dans son électrification d’ici à 2025. Ses marques DS et Lancia deviendront 100% électriques à partir de 2024 pour l’une, 2026 pour l’autre. Alfa Romeo le sera l’année suivante en Europe et en Amérique du Nord. Et Opel d’ici à 2028.

    Du côté de Volkswagen, on vise le leadership mondial. Pour cela, le géant allemand compte investir 73 milliards deuros en cinq ans. Ford, lui, s’est engagé – lors de la COP26 de Glasgow – à ne plus proposer d’ici 2040 que des voitures zéro émission. A la clé, l’Américain a lancé la création de quatre usines dédiées. Le tout dans le cadre d’un investissement porté à 30 milliards de dollars. L’Allemand Daimler voit encore plus large: il investira 40 milliards deuros dans les dix ans à venir.

    General Motors va lancer 30 modèles de pick-up électriques!

    Et l’on peut en citer bien d’autres encore… Car cet inventaire à la Prévert concerne tous les constructeurs. A l’image de Volvo Cars qui s’est engagé à ne plus proposer de modèles thermiques d’ici à 2030. Et plus d’hybrides non plus! N’oublions pas le coréen Hyundai qui ambitionne le lancement de vingt-trois modèles de V.E. dans les quatre ans à venir. Et General Motors qui vient tout juste d’ouvrir sa première usine de pick-ups électriques. Au moins trente modèles devraient être commercialisés d’ici à 2025!