Rétrofit : un marché prometteur ?

retrofit

Autorisé depuis le printemps 2020, le rétrofit s’installe en France, comme un appui supplémentaire à la nécessaire transition énergétique. Faut-il voir là une nouvelle filière à fort potentiel ? On vous dit tout ! 

Qu’est-ce que le rétrofit ?

Pour mieux répondre à la nécessité d’un développement durable, et dans le cadre d’une économie circulaire mise en avant par le gouvernement, le rétrofit consiste à transformer les véhicules thermiques en électrique. Voitures, scooters et motos, camping-cars, autocars, camions ou bateaux, tous les types de véhicules sont potentiellement concernés. Jusqu’ici, au contraire de nombreux pays, une telle transformation était strictement interdite en France. Plus depuis l’arrêté ministériel du 13 mars 2020, publié au Journal Officiel le 3 avril 2020 ! Ainsi, vous pouvez donc désormais faire rhabiller votre vieille Renault 4L, votre Peugeot 205 ou votre Jaguar XF en un superbe VE flambant neuf ! Pour parvenir à cette autorisation, l’’association des Acteurs de l’Industrie du Rétrofit électrique (AIRe) aura œuvré pendant deux ans aux côtés de nombreux acteurs du monde automobile. Objectif : établir un cadre règlementaire à la fois technique, administratif et économique qui puisse garantir sécurité et qualité. A noter que le 23 avril 2021, AIRe et ses membres organisent les 1ères Rencontres Nationales du Rétrofit. Placée sous le haut patronage du Ministère de la Transition Écologique, cette manifestation a reçu le soutien de la Région Normandie ainsi que de la municipalité de Deauville où elle se tiendra.

Tous les véhicules thermiques sont concernés

Non. Seuls le sont les véhicules de plus de 5 ans, immatriculés en France et utilisant au moins une motorisation thermique à l’allumage. Une exception toutefois : dans un souci de conservation du patrimoine automobile et de son immense richesse les voitures de collection sont exclues du dispositif.

Quelles performances, et pour quel prix?

Les fabricants de rétrofit proposent sur leurs sites internet une gamme de véhicules potentiellement transformables, et dont la liste est appelée à se développer régulièrement. Elles vous proposent donc d’électrifier la vôtre. Ou, si vous n’en avez pas, d’en acheter une. Ainsi, par exemple, Transition One rétrofitera votre Fiat 500 à partir de 5 000 € (primes déduites, et hors achat éventuel du véhicule). Et pour la Dacia Sandero comptez un prix plancher de 11 000 €. Du côté de Retrofuture, le rétrofit d’une Porsche 928 s’affiche à partir de 45 000 €, celui d’un mythique Combi VW à partir de 20 000 € (e tout, là encore, s’entendant hors prix du véhicule). Du côté des performances ? L’autonomie des véhicules revisités varie bien entendu d’un modèle à l’autre : généralement entre 100 et 250 km pour une vitesse de pointe pouvant aller de 100 jusqu’à 250 km/h (pour la Porsche 928). Un prix plutôt coûteux donc, et des performances souvent moindres qu’un véhicule électrique de série… Voilà qui pourrait en décourager plus d’un, et faire du rétrofit un marché de niche ! Mais celui-ci s’installant à peine, il devrait peu à peu s’adapter. Et surtout passer d’un stade artisanal où il se trouve encore à une industrialisation, permettant d’amoindrir les coûts et – pourquoi pas ? – de voir l’offre s’élargir et les enseignes le proposant se multiplier. Car, le marché du thermique étant appelé à ralentir fortement, il faudra bien que les actuels centres de réparations et autres garages automobiles se diversifient !

Des aides bien venues !

Une aide dite « prime au rétrofit électrique » a été mise en place au 1er juin 2020. Pour en bénéficier, plusieurs obligations :

  • – être domicilié en France
  • – avoir procédé au rétrofit par un professionnel habilité
  • – avoir acheté le véhicule depuis au moins un an, et vous engager à ne pas le vendre dans les six mois suivant son achat ni avant d’avoir parcouru 6 000 km. 

Le montant de cette aide dépendra de votre revenu fiscal de référence. En dessous de 18 000 € par part, comptez 80 % du prix d’achat (dans la limite de 5 000 €). Au delà, vous toucherez 2 500 €. A la mi-avril 2021 il n’était pas encore possible de faire une demande de prime rétrofit électrique, mais à cela peut venir s’ajouter des aides des collectivités locales. Depuis fin 2021, les Franciliens peuvent ainsi obtenir quelques 2 500 € supplémentaires.