Accueil Automobile L’Europe : un bilan alarmant du déploiement de bornes de recharges

L’Europe : un bilan alarmant du déploiement de bornes de recharges

Europe recharge

L’Europe continue d’être à la traîne en ce qui concerne le déploiement des bornes de recharges. Elle s’était fixée comme objectif 1 millions de bornes de recharges implantées en 2025. 

La Cour des Comptes a déposé un bilan pour le moins alarmant, puisque l’Europe ne compte que 250 000 bornes pour le moment, loin des 440 000 points de charge répartis sur le continent, initialement prévus pour 2020. En outre, elle pointe du doigt la répartition hétérogène des points de charge en Europe. En effet, 4 des 27 pays d’Europe dont la France, le Royaume-Unis, l’Allemagne et les Pays-Bas comptabilisent à eux seuls 75% du réseau alors qu’ils ne représentent que 27% de l’Union Européenne. Les Pays-Bas étant le pays qui comptabilise le plus d’infrastructures, dû notamment aux incitants fiscaux que le gouvernement a mis en place pour encourager l’utilisation des véhicules électriques et hybrides. Sans compter l’objectif que s’est fixé le gouvernement hollandais d’interdire totalement la vente de véhicules thermiques en 2030.

L’ACEA avait, en novembre 2020, déposé un premier bilan inquiétant, puisque déjà le déploiement d’infrastructures ne suivait pas le rythme de la croissance des parcs de véhicules bien que, les ventes de véhicules électriques et hybrides rechargeable au sein de l’UE avaient « progressées de 110% au cours des 3 dernières années. Le nombre de points de recharges n’avaient quant à eux progressé que de 58% sur la même période”. L’ACEA dénombrait également le manque de charge rapide déployée.

La France, fin mars 2020, comptabilisait pas moins de 276 nouveaux points de charge qui ont été installés, dont seulement 7% en charge rapide soit supérieure à 50 kW selon le rapport qui avait été déposé par l’AVERE France

Les raisons de ce déploiement qui peine à progresser, serait dû notamment à un manque d’objectifs clairs et concis imposés par l’Union Européenne, des systèmes de paiement qui ne sont pas harmonisés et par conséquent, certains utilisateurs n’ont pas accès à suffisamment d’informations en temps réel. En effet, la multiplicité des systèmes de paiement et d’information complique l’expérience utilisateur. En outre, le taux d’utilisation actuel des bornes de recharge sont encore beaucoup trop faibles pour assurer une rentabilité aux opérateurs. Nous sommes dès lors confrontés à un paradoxe qui est d’une part, la nécessité des bornes pour l’émergence de la mobilité électrique au niveau européen et d’autre part, les bornes déjà existantes qui sont sous-utilisées.