Des aides pour une mobilité verte : les particuliers

Aides mobilité

Prime à la conversion, bonus écologique, subventions… Plusieurs aides sont disponibles pour permettre aux particuliers un passage en « douceur » vers l’électrique. On fait le point !

Le bonus écologique

A opter pour l’acquisition d’un véhicule électrique vous bénéficierez automatiquement d’une aide, à hauteur de 27% du prix d’achat (augmenté, le cas échéant, du coût de location de la batterie). Limité à 7000€, ce bonus – ouvert aussi aux véhicules d’occasion (à hauteur de 1000€) – est attribué sans conditions de revenus. Mais vous devrez tout de même répondre à quelques critères :

  • Etre immatriculé en France
  • Ne pas le céder avant 6 mois suivant l’achat (2 ans si location), ni avant d’avoir parcouru 6000 kilomètres (pour les véhicules neufs).
  • Si vous avez choisi la location avec option d’achat, vous devrez être engagé sur 2 ans minimum.
  • D’occasion, le taux d’émission de CO2 du véhicule ne devra pas excéder 20 g/km. 

A noter que les hybrides rechargeables sont également éligibles (jusqu’à 2 000€). Du moins si le modèle dispose d’une autonomie supérieure à 50 km, et qu’il vous ait coûté moins de 50 000€. Prolongé jusqu’en 2022, le plafond de ce bonus écologique devrait baisser progressivement. Au 1er juillet 2021, il sera fixé à 6000€.

La prime à la conversion

Votre nouveau VE pourra aussi vous permettre de bénéficier de la prime à la conversion, à la condition sine qua non de mettre à la casse (dans un centre « Véhicule Hors d’Usage » agréé) votre ancien modèle diesel ou essence. Celui-ci ne devra pas excéder 3,5 T et avoir été immatriculé pour la première fois avant 2011 s’il s’agit d’un diesel, avant 2006 s’il s’agit d’un essence. Vous devrez l’avoir acquis depuis plus d’un an, et avoir souscrit à un contrat d’assurance toujours en cours. Enfin, sa mise à la casse devra intervenir au maximum 6 mois après la date de facturation du nouveau véhicule. Pour ce dernier, vous devrez respecter les mêmes obligations que pour l’attribution du bonus écologique. Quant à son montant, il variera selon vos revenus, mais ne pourra excéder 5 000€ (ou 80 % du prix d’achat). A compter du 1er juillet 2021, les véhicules Crit’Air 2 et les véhicules rejetant plus de 132g/km en CO2 (WLTP) ne seront plus éligibles. Enfin, comme le bonus écologique, la prime à la conversion est généralement déduite directement par le concessionnaire.

Carte grise, collectivités locales, bornes de recharge… les autres aides. 

À tout cela, s’ajoutent l’exonération de votre carte grise et les subventions de certaines collectivités locales, mais aussi la récente prime au rétrofit, lorsque le propriétaire du véhicule fait transformer son moteur thermique en moteur électrique. Soumise à conditions (de revenus, notamment), elle ne peut excéder 5000€. Quant à l’installation de bornes de recharge à domicile, si de nombreux constructeurs se sont associés à des installateurs et prennent désormais en charge une partie de vos coûts d’installation, un crédit d’impôt (« MaPrimeRénov’ ») est aussi attribué. Jusqu’à la fin de 2023 les propriétaires, locataires ou occupants à titre gratuit pourront en bénéficier à hauteur de 75% des dépenses, et dans une limite de 300€. Si vous habitez en immeuble collectif, le programme ADVENIR vous permettra d’obtenir (sans conditions de revenus) une subvention supplémentaire : la prise en charge de 50 % de votre facture, dans la limite de 960€. Attention, cette subvention ne peut vous être proposée que par un installateur agréé ADVENIR.