Challenge Everest : la Jaguar I-Pace a relevé le défi !

La performance pourrait sembler anecdotique, et pourtant… En venant facilement à bout  du Challenge Everest, la Jaguar I-Pace lance un beau signal pour l’avenir des VE. Particulièrement pour ceux du constructeur britannique qui devrait passer au 100% électrique en 2025.

Connaissez-vous le Challenge Everest ? Né en 1994 en Australie, le concept de ce défi sportif s’adresse aux cyclistes les plus aguerris. Et pour cause : peu importe où l’on se trouve sur la planète, il s’agit d’accomplir une série d’ascensions jusqu’à cumuler 8 848 mètres de dénivelé parcourus, soit l’équivalent d’une ascension… de l’Everest ! Au Royaume-Uni, c’est plus particulièrement sur la route la plus haute du pays que l’on tente l’aventure, sur Great Dun Fell, dans le comté de Cumbrie. Considérée comme le « Mont Ventoux anglais », le Great Dun Fell offre un parcours sinueux, étroit, et 547 mètres d’ascension depuis son point de départ jusqu’à son sommet à 848 mètres. Ne parlons pas des conditions climatiques, généralement extrêmes : les températures y flirtent souvent avec les 0°, même en été ! Bref, autant dire que – sur le papier au moins –  les véhicules électriques n’y seraient pas à leur aise, tant leur autonomie en souffrirait. Et pourtant…

Un parcours particulièrement énergivore

Là bas, une grande cycliste a récemment souhaité se confronter à ce périlleux défi : la championne olympique et championne du monde Elinor Barker. Pour autant ce n’est pas à vélo que l’athlète britannique a voulu concourir, mais au volant d’une… Jaguar I-PACE !

« Après avoir couvert 199,6 km au total, y compris un trajet de 12,9 km jusqu’au point de départ sur la lande, la I-PACE est venue à bout de ce défi hautement coûteux en énergie avec une batterie encore chargée à 31 %, suffisamment pour couvrir 128,7 km de plus », résumaient les porte-paroles de Jaguar au terme de l’épreuve.

Selon Jack Lambert (Jaguar Racing Engineer), aucun doute possible : ce pari largement réussi ne peut être qu’une très bonne nouvelle pour l’ensemble des usagers du tout premier SUV 100% électrique du constructeur. « Le système de régénération au freinage développé pour l’I-PACE est un élément clé de l’expérience de conduite. Ce sont les enseignements tirés de la Formula E qui permettent aux utilisateurs de bénéficier aujourd’hui d’une aussi belle autonomie sur la route. Le freinage régénératif peut être poussé jusqu’à 0,4 g à la décélération, ce qui a permis à Elinor Barker de n’utiliser que les freins à 2 ou 3 points du parcours. »

Des technologies de pointe ont permis l’exploit

Les secrets de cette belle réussite ? Durant la phase de préparation au challenge, la I-PACE a été configurée grâce à l’application Jaguar Remote. En clair, « pendant que le véhicule était branché, le pré-conditionnement activé réchauffait ou refroidissait automatiquement la batterie jusqu’à la température de fonctionnement idéale », expliquent les ingénieurs de Jaguar. Même chose avec la climatisation pilotée (« Smart Climate ») qui, à partir de capteurs nichés dans les ceintures de sécurité, détermine le nombre d’occupants à bord pour ne chauffer ou ne refroidir que les zones les plus pertinentes dans l’habitacle. Autant d’économies d’énergie plus qu’appréciables et qui, on l’espère, se généraliseront bientôt !