C’est dans l’actu

Pas de trêve estivale pour la mobilité électrique. Etat des ventes, bornes de recharges ou étude encourageante, au cœur de l’été les bonnes nouvelles s’enchaînent !…

VE et PHEV : Les ventes marquent (un peu) le pas

Selon le baromètre mensuel de la mobilité électrique réalisé par AVERE France, le marché automobile français a connu une forte baisse des immatriculations en juillet. Les ventes de véhicules particuliers (toutes énergies confondues) ont ainsi chuté de 35 % par rapport à juillet 2020. Pour autant, avec une baisse de « seulement » 25 % les VE ont été moins touchés que les véhicules thermiques. Quant aux hybrides rechargeables, ils poursuivent imperturbablement leur progression : + 54 % ! Au total, ce sont donc 19 096 nouveaux VE et PHEV qui auront été immatriculées (contre 38 708 en juin). Avec, malgré tout, une belle progression par rapport à juillet 2020 : + 9 %. « Il faudra encore attendre deux ou trois mois pour mesurer limpact de la réduction du bonus écologique pour les véhicules particuliers… et sa hausse, pour les utilitaires », prévient Cécile Goubert, Déléguée Générale de l’AVERE-France.

Moins d’émissions de gaz à effet de serre !

Une récente étude publiée par l’International Council on Clean Transportation (ICCT), confirme les performances des voitures électriques en matière d’émissions gaz à effet de serre. Pour parvenir à ses conclusions, l’organisme a estimé les émissions globales des différentes catégories de véhicules selon le type d’énergie qu’elles utilisent, ceci sur l’ensemble de leur durée de vie. Résultat : pour un véhicule « compact », sur 234 000 km parcourus et une durée de vie estimée à 18 ans, les émissions d’une VE sont inférieures de 66 à 69 % à celles de son équivalent essence. Un bilan qui – du fait du développement des énergies renouvelables – devrait encore s’améliorer d’ici à 2030, quand les émissions pourraient se voir réduites de 74 à 77 %. Autre satisfecit : l’hydrogène. Toujours selon l’étude de l’ICCT, les véhicules à pile à combustible permettraient déjà d’économiser 26 % de CO2. Mieux, grâce à l’émergence de l’hydrogène vert, les émissions pourraient être réduites de 76 % par rapport à un véhicule thermique. Véhicules électriques et hydrogène vert « sont les deux seules voies technologiques permettant de parvenir à la décarbonation du parc automobile européen d’ici 2050 », estime Georg Bieker, l’auteur de cette étude.

Des bornes de recharge plus nombreuses

Le 15 juillet dernier, le gouvernement publiait son dernier décompte consacré au déploiement des bornes de recharge électrique. Bonne nouvelle : conformément au désir de l’Etat exprimé il y a quelques mois, il semble y avoir de plus en plus d’aires de services pourvues de bornes sur les autoroutes françaises : 164 sur les 368 recensées. C’est toujours trop peu mais, selon la Ministre de l’écologie Barbara Pompilli, il est désormais possible de « recharger la batterie en moins de 20 minutes » (du moins si le véhicule est compatible). De manière générale – et toujours selon le gouvernement – il y aurait aujourd’hui plus de 612 000 points de recharge répartis sur l’ensemble du territoire, dont 43 700 librement accessibles au public, les autres se situant chez des particuliers, dans des copropriétés ou sur des parkings d’entreprises.