C’est dans l’actu !

Des ventes qui progressent fortement, une étude sur l’avenir des stations-services traditionnelles, un partenariat qui devrait intensifier encore le passage à l’électrique… Pas de vacances dans l’actualité des V.E. !

Les ventes de V.E. ont explosé !

38 708. Selon le baromètre mensuel de l’Avere France, c’est le nombre de véhicules électriques et hybrides rechargeables vendus en France en juin. Soit une augmentation (par rapport à juin 2020) de 52 % pour les électriques, 127 % pour les hybrides.

Au palmarès, côté électrique, une grande gagnante s’impose : la Tesla Model 3 qui – avec 5 000 immatriculations dans le mois – s’accapare près du quart des ventes de V.E. Loin devant la Renault Zoé (3 349 ex.). Pour autant, la Zoé enregistre elle aussi son meilleur score de l’année, et distancie la Peugeot 208e (un peu moins de 2 000 ex.). Enfin, la Fiat 500 électrique et la Twingo ZE viennent compléter ce Top 5.

A noter que, parallèlement à ces excellents chiffres, le cap des 600 000 véhicules électriques ou hybrides rechargeables en circulation a également été dépassé (620 639 précisément !). « Reste а savoir quel impact aura la baisse de 1 000 euros du bonus écologique, effective depuis le 1er juillet, sur les prochaines immatriculations », s’interroge toutefois l’association.

Kia s’associe à Uber

Dans le cadre de son plan stratégique visant à l’électrification de sa gamme à l’horizon 2030, le constructeur coréen Kia vient d’annoncer un partenariat avec le géant du VTC Uber.

Objectif : permettre aux chauffeurs de la plateforme d’acquérir plus facilement des véhicules électriques par le biais d’offres spéciales dédiées.

L’accord (qui concerne l’ensemble de l’Europe) portera également sur la mise en place de campagnes pour promouvoir l’électrique auprès de ces mêmes chauffeurs. A noter qu’Uber ambitionne – comme Kia – la transformation de sa flotte en 100% électrique d’ici à 2030.

Selon Anabel Diaz, Directrice générale pour la zone Europe « la mobilité zéro émission représente bien plus qu’un simple objectif, c’est une véritable nécessité ! Sachant que l’Europe poursuit sa réouverture, nous nous engageons à contribuer à rendre les transports urbains propres. » 

Les stations-services doivent se réinventer

Selon une étude publiée par le cabinet de conseil français Columbus Consulting, les stations-service pourraient perdre jusqu’à 47 % de leurs ventes de carburants d’ici 2035, et environ 71% de leurs profits.

Moins impactées, celles sur autoroute enregistreraient quant à elles une baisse de 30 %. Une situation déjà visible sur le territoire puisque « certaines stations-service en zone rurale sont déjà en difficulté financière en raison des faibles volumes de carburants vendus », note le cabinet.

La solution ? L’installation de nouvelles infrastructures, en particulier des bornes de recharge. Mais, compte tenu du temps de charge nécessaire, ces stations devront trouver une solution, notamment pour absorber le flux des usagers.

Deux formules sont alors mises en avant, qui devront impérativement cohabiter : une solution de recharge rapide (moins de 15 minutes) pour répondre aux plus pressés, et une autre plus lente (environ une heure) mais moins coûteuse pour l’usager, et qui pourrait servir de produit d’appel pour les commerces et les services proposés sur place.

Pas sûr pour autant que ces aménagements soit suffisants pour sauver l’ensemble des enseignes !